On s'impatiente ? pas de panique dans quelques instants votre page s'affichera

au-delà de notre essence. :: Pir-o-Murshid Hazrat Inayat Khan.
au-delà de notre essence.  Index du Forum

au-delà de notre essence.
Discussions de tout et de rien , selon les états d'âme et tout ce qui nous touche .Franco-anglais.Bienvenue à tous.Welcome to all.


Pir-o-Murshid Hazrat Inayat Khan.

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    au-delà de notre essence. Index du Forum -> Au delà de notre essence.Further than our essence -> L'Antre des visionnaires. & Esoterisme & Paranormal -> Archives 2012-2013
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Teiwas
Modérateur
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 20 Avr 2011
Messages: 4 855
Localisation: Australia -Red Center
Féminin Sagittaire (22nov-21déc) 羊 Chèvre

MessagePosté le: Sam 18 Fév - 07:56 (2012)    Sujet du message: Pir-o-Murshid Hazrat Inayat Khan. Répondre en citant

Qui fut Hazrat Inayat Khan? Un musicien et un Soufi. Mais non pas un musicien limité par ce que nous connaissons de la musique: les combinaisons et les harmonies des sons qu'apprécie l'oreille humaine, ni un Soufi prisonnier des définitions qu'en donnent les dictionnaires, les érudits ou même les théologiens.

Ayant pris la Musique non seulement comme profession et discipline, mais comme ascèse, Inayat Khan parvint grâce à elle au mystère de tout son, qui est la révélation du Verbe divin. Et ayant pris le Soufisme non comme l'appartenance à une Confrérie ni comme la répétition de certains rites, mais comme la destruction finale de toute entrave due à notre nature terrestre, il parvint à cette Résurrection qui est le but non seulement d'une Religion, mais de l'évolution cosmique toute entière.

Hazrat Inayat Khan (1882-1927) naquit à Baroda dans la province du Gujerat en Inde, d'une famille musulmane, de musiciens professionnels célèbres. Il commença lui-même très jeune une carrière musicale de virtuose, comme compositeur, chanteur et joueur de vîna, qui l'amena à voyager dans tout le pays. Il acquit la célébrité, par la vîna et par sa voix, à la cour de plusieurs princes indiens et fut professeur de musique à l'académie musicale Gayan Shala de l’état de Baroda.

Mais à l'apogée de ses succès professionnels, il entendit l'appel du divin et se mit sous la direction d'un grand maître soufi. Il rencontra en 1903 son "Murshid", son maître spirituel, Murshid Sayyed Abu Hashim Madani, dont il devint l'élève assidu jusqu'à la mort de ce Maître en 1907. Celui-ci lui donna la mission "d'harmoniser" l'Orient et l'Occident par ses chants.

En 1910, répondant au pressant appel qu'il sentait venir du dedans, il dit adieu à l'Inde et à sa carrière et il s'embarqua pour les États-Unis avec son frère et son cousin. Il voyagea de façon extensive dans le monde occidental. Ses tournées musicales l'amenèrent dans les grandes salles de concert des États-Unis et de l'Europe où son interprétation de la musique indienne fut hautement jugée et appréciée.

Cependant Pir-o-Murshid Hazrat Inayat Khan ne considéra jamais la musique comme étant seulement des sons, mais comme la manifestation de l'essence spirituelle de la réalité. Il n'était pas seulement un grand musicien, mais un Sufi, pratiquant et vivant une vie de méditation et de prière. Il introduisit le Mouvement Soufi à l'ouest, ce qui fut extrêmement difficile dans un Occident encore totalement inattentif à ce qui n'était pas sa propre culture, voué au commerce et à la réussite matérielle et n'ayant guère d'intérêt pour les valeurs spirituelles. Il y souffrit mille difficultés, mais peu à peu réunit autour de lui quelques âmes d'élite qui lui restèrent dévouées toute leur vie. Ainsi, de 1910 à 1926, il parcourut l'Occident sans relâche, de San Francisco à Moscou et de Rome en Norvège. Il y fonda de nombreux centres qui accueillaient ceux qui désiraient suivre une voie spirituelle selon les méthodes soufies "sans distinction de race, de caste ou de croyance''. Il enseigna à de nombreux disciples autant par sa présence et son rayonnement personnel que par son exemple et ses très nombreuses conférences, maintenant en grande partie publiées en langue anglaise.

Mais son organisme physique, surmené par un travail sans relâche et qui allait toujours croissant, s'épuisait. Il partit chercher un repos nécessaire en Inde, sachant cependant qu'il ne reviendrait pas. En effet, il y quitta ce monde, après une courte maladie, à Delhi en 1927.

Inayat Khan a laissé peu d'écrits: quelques articles datant d'avant 1920 et trois livrets qui entremêlent aphorismes, courts poèmes et oraisons. Mais les comptes-rendus de son enseignement oral remplissent au moins douze volumes déjà publiés en langue anglaise et au moins autant qui attendent publication. Cet enseignement couvre tout le champ de la vie humaine: ses aspects physiques tels que santé, la signification du corps, l'harmonie de la vie sexuelle; ses aspects mentaux variés; ses aspects religieux et philosophiques mais aussi et surtout ses aspects spirituels auxquels nous sommes si prodigieusement aveugles aujourd'hui.

http://www.soufi-inayat-khan.org/present/biogr_md/bio_mrsd.htm
_________________
Il n’y a point de génie sans un grain de folie
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 18 Fév - 07:56 (2012)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    au-delà de notre essence. Index du Forum -> Au delà de notre essence.Further than our essence -> L'Antre des visionnaires. & Esoterisme & Paranormal -> Archives 2012-2013 Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com