On s'impatiente ? pas de panique dans quelques instants votre page s'affichera

au-delà de notre essence. :: Le rival de Facebook est né.
au-delà de notre essence.  Index du Forum

au-delà de notre essence.
Discussions de tout et de rien , selon les états d'âme et tout ce qui nous touche .Franco-anglais.Bienvenue à tous.Welcome to all.


Le rival de Facebook est né.

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    au-delà de notre essence. Index du Forum -> Notre quotidien- Everyday life -> Nouvelles du Monde -World news
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Réjane
Ecrivains-Writers
Ecrivains-Writers

Hors ligne

Inscrit le: 31 Mai 2011
Messages: 551
Féminin Scorpion (23oct-21nov) 馬 Cheval

MessagePosté le: Ven 27 Jan - 22:58 (2012)    Sujet du message: Le rival de Facebook est né. Répondre en citant

leSoleil dimanche 24 juillet 2011

ActualitésLe rival de Facebook est né

Pierre-Olivier Fortin   
pofortin@lesoleil.com

Alors que Facebook régnait encore en maître incontesté et incontestable sur le monde des réseaux sociaux il y a un mois à peine, aujourd’hui, un prétendant sérieux se lève pour la première fois et menace d’ébranler les colonnes du temple de Mark Zuckerberg. Bienvenue dans Google+, un monde dans lequel les amis deviennent des gens, regroupés en cercles, et où les " j’aime " deviennent des " +1 ".

Google+ est né fin juin, mais le bébé est vite devenu grand. Même si le réseau n’est toujours pas ouvert à tous et qu’une invitation d’un membre est nécessaire pour y adhérer, Google+ compte depuis mercredi 18 millions d’adeptes, et ce nombre croît à un rythme vertigineux atteignant un, parfois deux millions de nouveaux utilisateurs par jour. À titre de comparaison, Facebook (750 millions d’amis) a mis trois ans avant d’en arriver là.Google avait tenté une incursion dans le monde des médias sociaux, avec Orkut, Wave ou, plus récemment, Buzz, mais sans trop de succès. Cependant, cette fois, " c’est très, très sérieux ", estime la spécialiste des réseaux sociaux Michelle Blanc. " C’est un mélange de Facebook dans le sens où l’interface y ressemble, poursuit-elle, et c’est un mélange de Twitter, dans le sens ou t’as pas de réciprocité nécessaire ", c’est-à-dire qu’on peut suivre une personne sans que cette dernière ne nous suive. L’explication de Sébastien Provencher, cofondateur de Needium, une firme montréalaise spécialisée dansle marketing 2.0, va dans le même sens. " Je dirais que les gens qui ont désigné Google+ se sont inspirés des bons coups et des mauvais coups de Facebook et de Twitter. On y retrouve les meilleures fonctionnalités des deux mondes. "

Le journaliste a joint Google+ il y a environ deux semaines. Ce qui frappe, au départ, c’est l’aspect beaucoup plus sérieux et beaucoup plus épuré de son interface, qui se compare à celle de Facebook. Son apprentissage, toutefois, est beaucoup plus simple que Twitter. Mais la différence la plus marquée est sans doute l’intégration des cercles. " Nous n’agissons pas de la même manière avec tout le monde : nous racontons certaines choses à nos amis d’école, d’autres à nos parents et le strict nécessaire à notre patron ", explique Google sur son blogue officiel. Ainsi, chaque nouveau contact doit être classé dans un cercle : un pour les amis, un autre pour les collèges, les connaissances, etc. L’utilisateur classe ses contacts comme bon lui semble. Ces derniers verront qu’ils font partie d’un de ses cercles, mais ne sauront pas lequel. Par la suite on doit choisir, pour chaque publication, que ce soit un " statut ", une photo, une vidéo ou un lien, à quel cercle elle se destine.

NOUVELLES INTERACTIONS

On peut commenter les publications de nos contacts, comme sur Facebook, sauf que les " j’aime " deviennent des " +1 ". Google+ intègre aussi de nouvelles façons d’interagir, comme les hangouts, des conférences vidéo à plusieurs utilisateurs, des huddles, un mélange entre clavardage et textos entre amis; et les sparks, une zone où l’on peut lire sur les sujets qui nous intéressent.
Google+ se différencie également de Facebook en ce sens où le mur devient un fil de publications dans lequel les autres ne sont pas invités, pas même pour vous souhaiter bonne fête. Il est aussi impossible d’envoyer des messages privés, À moins de créer un cercle avec le ou les destinataires à qui l’on souhaite écrire.


" Je dirais que les gens qui ont désigné Google+ se sont inspirés des bons coups et des mauvais coups de Facebook et de Twitter. On y retrouve les meilleures fonctionnalités des deux mondes " – Sébastien Provencher, cofondateur de Needium, une firme spécialisée dans le marketing 2.0


Difficile de décrire l’expérience Google+ pour l’instant, puisque le réseau est encore trop embryonnaire. Entre 18 millions et 750 millions d’utilisateurs, entre 10 contacts et 250 amis, évidemment, le premier est un peu moins trépidant que le second… Rappelez-vous vos premiers instants sur Facebook : vous n’avez pas encore de réseau et vous vous demandez un peu ce que vous faites là. " Aujourd’hui, ça attire surtout les utilisateurs curieux de nouvelles technologies ", explique Sébastien Provencher. Le principal sujet de conversation sur G+ est en fait… Google+! " Il y a beaucoup d’expérimentation présentement, les gens se demandent qu’est-ce qu’on peut partager, qui sera différent de Twitter et de Facebook . " La donne risque fort de changer quand le réseau sera ouvert à tous, fort possiblement d’ici la fin juillet.

D’ici là, les spéculations vont bon train à savoir quelle place pourra se tailler le nouveau venu dans l’univers des réseaux sociaux.

CRÉER UN EXODE

Selon Sébastien Provencher, Google+ " n’a pas assez de valeur ajoutée pour créer un exode massif " des utilisateurs de Facebook. Ainsi, il voit le réseau de Google comme " un produit qui est évolutionnaire plutôt que révolutionnaire ".

Michelle Blanc quant à elle voit les choses autrement. " Une migration massive, ça je ne le lis pas dans le futur, mais une migration, c’est certain. Après deux semaines, ils sont rendus à 18 millions d’usagers, une croissance strictement organique [de vraies personnes], en bêta-test, fermé. Imagine quand ce sera ouvert! "

" Oui, Facebook est rendu à 750 millions d’usagers, mais MySpace a déjà été le king des médias sociaux, illustre-t-elle. Netscape a déjà été le king des portails, Yahoo!, le king des moteurs de recherche. Dans ce monde-là, les choses évoluent rapidement. "

Assurément, la croissance rapide de Google+ se poursuivra, autant du point de vue du nombre que des services. Déjà des améliorations ont été apportées, notamment avecle lancement, mercredi, d’une application pour iPhone – mais pas pour iPad et iPod, ce qui provoque un certain mécontentement sur le Web – très comparable à celle pour Androïd. Nos deux experts parlent aussi d’une intégration bien amorcée entre les différents services du géant de Mountain View (Gmail, Picasa, YouTube, Docs et bien d’autres), mais dont Google+ viendrait attacher les dernières ficelles. À quand la recherche sociale, demande M. Provencher, lorsque les résultats affichés viendront autant du Web que des recommandations de notre réseau?

Une croissance qui peut aussi faire frémir. " Ce qui est préoccupant, c’est l’importance des données que Google ramasse sur toi " soulève Mme Blanc. On n’a d’autres choix que d’espérer que Google s’en tienne à son credo depuis sa fondation :  " Don’t be evil ".





_________________
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Ven 27 Jan - 22:58 (2012)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Teiwas
Modérateur
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 20 Avr 2011
Messages: 4 855
Localisation: Australia -Red Center
Féminin Sagittaire (22nov-21déc) 羊 Chèvre

MessagePosté le: Ven 27 Jan - 23:12 (2012)    Sujet du message: Le rival de Facebook est né. Répondre en citant

Et Google est entrain de changer
Citation:
One policy, one Google experience

We’re getting rid of over 60 different privacy policies across Google and replacing them with one that’s a lot shorter and easier to read. Our new policy covers multiple products and features, reflecting our desire to create one beautifully simple and intuitive experience across Google.

This stuff matters, so please take a few minutes to read our updated Google Privacy Policy and Terms of Service now. These changes will take effect on March 1, 2012.
http://www.google.com/policies/terms/

http://www.google.com/policies/privacy/preview/

_________________
Il n’y a point de génie sans un grain de folie
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 04:24 (2016)    Sujet du message: Le rival de Facebook est né.

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    au-delà de notre essence. Index du Forum -> Notre quotidien- Everyday life -> Nouvelles du Monde -World news Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com