On s'impatiente ? pas de panique dans quelques instants votre page s'affichera

au-delà de notre essence. :: médicaments: oui ou non
au-delà de notre essence.  Index du Forum

au-delà de notre essence.
Discussions de tout et de rien , selon les états d'âme et tout ce qui nous touche .Franco-anglais.Bienvenue à tous.Welcome to all.


médicaments: oui ou non
Aller à la page: 1, 2  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    au-delà de notre essence. Index du Forum -> Pêle-Mêle/Higgledy-piggledy -> Pêle-Mêle/Higgledy-piggledy -> Archives 2010-2011
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Teiwas
Modérateur
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 20 Avr 2011
Messages: 4 855
Localisation: Australia -Red Center
Féminin Sagittaire (22nov-21déc) 羊 Chèvre

MessagePosté le: Jeu 18 Aoû - 04:31 (2011)    Sujet du message: médicaments: oui ou non Répondre en citant

Selon le dernier vidéo de nature-boy-79

les médicaments ne servent à rien

les médicaments ne servent à rien by nature-boy-79

Quand pensez-vous?
Je suis un peu de son avis, car il y a longtemps que je pense que pour continuer à gagner leur vie, les rechercheurs doivent toujours trouver du nouveau. ban
_________________
Il n’y a point de génie sans un grain de folie
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 18 Aoû - 04:31 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Madarion-2
Conseil des Anciens
Conseil des Anciens

Hors ligne

Inscrit le: 20 Avr 2011
Messages: 1 527
Localisation: Perpignan - France
Raison de l'inscription: Spiritualité
Masculin Poissons (20fev-20mar) 虎 Tigre

MessagePosté le: Jeu 18 Aoû - 06:32 (2011)    Sujet du message: médicaments: oui ou non Répondre en citant

Naturellement notre corps est prévus pour fabriquer lui même la chimie qu'il a besoin.
Nous avons le foie, mais aussi les différentes glandes.

Neanmoins, face a des besoins qui dépassent la sphére personelle, la nature a plus de produits que pourrait en fabriquer notre corp. Aussi bien en quantité qu'en variété.

La question que l'on dois se poser n'est pas est ce que ce médicament est bon ou pas ?
Mais plutot, est ce que mon corps a véritablement besoin de plus ?

---

Je me suis posé cette question :

Est ce que l'homme est capable de mal quand il force un prisonnier (son semblable) a un régime de pain sec et de l'eau ??

Et a y réfléchissant bien, ... Non !

Car si pour notre ame un changement radical d'habitude est une punition, notre corps s'adapte peut a peut a manger que trés peut. Surtout si on a fini sa croissance et que l'on ne bouge pas de toute la journée.

Et bien pour les médicaments ça devrait etre pareil.
Il dois étre possible de s'en passer, a condition que notre corps se mette a s'autoréguler.
_________________
-==|==-
Revenir en haut
Teiwas
Modérateur
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 20 Avr 2011
Messages: 4 855
Localisation: Australia -Red Center
Féminin Sagittaire (22nov-21déc) 羊 Chèvre

MessagePosté le: Jeu 18 Aoû - 06:51 (2011)    Sujet du message: médicaments: oui ou non Répondre en citant

super
_________________
Il n’y a point de génie sans un grain de folie
Revenir en haut
Madarion-2
Conseil des Anciens
Conseil des Anciens

Hors ligne

Inscrit le: 20 Avr 2011
Messages: 1 527
Localisation: Perpignan - France
Raison de l'inscription: Spiritualité
Masculin Poissons (20fev-20mar) 虎 Tigre

MessagePosté le: Jeu 18 Aoû - 07:21 (2011)    Sujet du message: médicaments: oui ou non Répondre en citant

Notre corps est maléhable.
Il peut prendre la forme que nous lui donnont
Il peut s'adapter a beacoups de situations.
Bien plus que nous l'imaginons

Mais c'est un sacré " faux cul "
Car dés qu'il est en pressence d'étre plus carismatique que nous il leur obéis immédiatement plutot qu'a notre volonté.

Si quelqu'un baille a coté de vous, il y a de grande chance pour que vous en fassiez de même.
Si quelqu'un éternus, vous risqué vous aussi d'en faire autant.
Et c'est pareil pour les maladies.

Nous avons l'habitude d'incriminer l'air, l'eau et les surfaces impropres.
Mais se qui va permettent a un virus de s'éttendre dans notre corps est avant tout une cerrtaine vibration.

---

Si on forge notre corps a n'obéir qu'a notre volonté, tout comme on dresse un chien, alors petit a petit ont est moins assujettit a étre malade.

---

Je fait souvent cette experience :

En voiture j'écoute la radio.
Et bien quand j'antend une chanson qui me plait, j'essaye de l'ignorer au lieu de rentrer en harmonie avec elle.

Et quand j'y arrive je ressent une joie intérieure.
Car d'un certain coté j'ai réussis a retenir l'ivresse de mon corps face a un événement extérieur.
_________________
-==|==-
Revenir en haut
Teiwas
Modérateur
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 20 Avr 2011
Messages: 4 855
Localisation: Australia -Red Center
Féminin Sagittaire (22nov-21déc) 羊 Chèvre

MessagePosté le: Jeu 18 Aoû - 07:37 (2011)    Sujet du message: médicaments: oui ou non Répondre en citant

Madarion-2 a écrit:


Si on forge notre corps a n'obéir qu'a notre volonté, tout comme on dresse un chien, alors petit a petit ont est moins assujettit a étre malade.

J'aime bien l'idée, du contrôle de notre corps physique,mais pas la comparaison avec le dressage, car je suis contre le dressage des animaux; je préferre étudier ce que j'appelle leurs dons et les développer

Je fait souvent cette experience :

En voiture j'écoute la radio.
Et bien quand j'antend une chanson qui me plait, j'essaye de l'ignorer au lieu de rentrer en harmonie avec elle.

Et quand j'y arrive je ressent une joie intérieure.
Car d'un certain coté j'ai réussis a retenir l'ivresse de mon corps face a un événement emmotionelle

C'est l'extase du sage, qui a dépassé le niveau des émotions.
La question que l'on dois se poser n'est pas est ce que ce médicament est bon ou pas ?
Mais plutot, est ce que mon corps a véritablement besoin de plus ?
Oui , exemple, après mon opération ,j'ai accepté l'antigoagulant et refusé la codéine



_________________
Il n’y a point de génie sans un grain de folie
Revenir en haut
Madarion-2
Conseil des Anciens
Conseil des Anciens

Hors ligne

Inscrit le: 20 Avr 2011
Messages: 1 527
Localisation: Perpignan - France
Raison de l'inscription: Spiritualité
Masculin Poissons (20fev-20mar) 虎 Tigre

MessagePosté le: Jeu 18 Aoû - 07:56 (2011)    Sujet du message: médicaments: oui ou non Répondre en citant

Citation:
Oui , exemple, après mon opération ,j'ai accepté l'antigoagulant et refusé la codéine


Aprés une opération notre corps a était habitué a obéir au milieu médical.
On peut dire qu'a ce moment là notre corp ne nous appartient plus.
Surtout si il a était manipulé par des proffesionelles.

Il a donc besoin de toute une infracstructure qui comble les fonctions normales.
Et plus il serat soumis au milieu " medical " et plus il aurat besoin de soutient extérieur.
_________________
-==|==-
Revenir en haut
Kalypsis
Conseil des Anciens
Conseil des Anciens

Hors ligne

Inscrit le: 20 Avr 2011
Messages: 1 086

MessagePosté le: Mar 23 Aoû - 09:54 (2011)    Sujet du message: médicaments: oui ou non Répondre en citant

Placebo : un précieux allié pour guérir
Connaissez-vous le Dr Thierry Janssen ?
C'est un chirurgien belge, auteur de plusieurs livres importants sur les rapports entre le corps et l'esprit. Il fait partie de ces personnalités électrisantes qu'on n'oublie pas, ne serait-ce que parce que, à 50 ans, il a réellement l'air d'en avoir à peine 32.
Dans son livre, La solution intérieure, il écrit un chapitre utile et bouleversant sur l'effet placebo.
Utile et bouleversant ? Sur l'effet placebo ??? J'entends d'ici les toux de contestation et les clics de souris pour passer au courriel suivant... Une seconde encore !
L'effet placebo joue un rôle essentiel et bénéfique pour votre santé.
En savoir plus sur l'effet placebo améliore considérablement vos chances de guérison et de survie le jour où vous attrapez une maladie. C'est pourquoi il m'a paru capital d'en parler :
Comme vous le savez, placebo signifie « je plairai » en latin. En médecine, un placebo est une substance sans principe actif mais qui, en raison de son aspect, peut agir par un mécanisme psychologique sur un sujet croyant prendre une substance thérapeutique (définition de Wikipédia).
Or, les études récentes démontrent que, contrairement à ce qu'on croyait jusqu'à présent, l'effet placebo est aussi physiologique.
Cela veut dire que vous n'avez pas seulement l'impression d'aller mieux. Vous allez véritablement mieux. L'effet du placebo sur votre corps peut être mesuré cliniquement ; il est scientifiquement observable par scanner tomographique à émission de positron (PETscan) [1], par résonance magnétique IRM dans les centres de douleur du cerveau [2] ainsi que par des mesures sanguines [3].
Une étude parue en 2001, réalisée par les scientifiques G.S. Kienle et H. Kiene, « A critical reanalysis of the concept, existence and magnitude of placebo effect »[4] conclut que l'effet placebo des médicaments de la médecine conventionnelle pourrait être de 70 à 100 %.
Sans aller forcément aussi loin, il est aujourd'hui certain que l'effet placebo n'est pas réservé aux malades imaginaires :
Selon le Dr Thierry Janssen, « Il peut influencer la pression sanguine, diminuer les œdèmes, réduire l'acidité gastrique, baisser le taux de cholestérol, modifier le nombre des globules blancs, et même améliorer l'activité cardiaque enregistrée par électrocardiogramme. » [5]
Plus impressionnant encore, Thierry Janssen, qui est lui même chirurgien, cite plusieurs cas d'opérations chirurgicales lourdes, dans les artères coronaires, le cerveau, et les articulations (arthrose), où l'on s'est aperçu qu'une simulation d'opération provoquait exactement les mêmes effets chez les patients. Et ce pour des opérations pratiquées à grande échelle, depuis des dizaines d'année, dans les pays Occidentaux.  
Or, et c'est là que nous arrivons à l'information vitale pour vous, cet effet placebo dépend fortement de l'attitude de votre médecin :
« La conviction du thérapeute est donc un élément primordial pour l'obtention d'un résultat thérapeutique, explique Thierry Janssen. « Un thérapeute bienveillant, amical et capable d'empathie en produira un d'autant plus prononcé. »
Pour illustrer ce point, il donne de nombreux exemples frappants et scientifiquement documentés. En voici un pris au hasard, qui concerne le test d'un nouveau médicament contre l'hypertension, réalisé dans plusieurs centres hospitaliers français :
« Dans l'un des centres, les médecins étaient convaincus de la supériorité de la nouvelle molécule par rapport aux anciens traitements. Ils obtinrent d'excellents résultats : la pression sanguine de leurs patients diminua de manière significative. Dans les autres centres, rien ne prouvait la supériorité du médicament par rapport à un placebo. Le doute s'installa et les chercheurs perdirent leur enthousiasme. On décida cependant de poursuivre l'étude et, à la surprise générale, on cessa totalement d'enregistrer de bons résultats (…). »[6]
Malheureusement, cet importance décisive de l'attitude du médecin, et de sa relation avec son patient est aujourd'hui largement occultée, voire combattue par la médecine conventionnelle.
Ce n'était pas le cas des médecins de famille de l'ancienne génération, et d'autrefois, qui avaient  plus d'un tour dans leur sac : considérant l'effet placebo comme un allié, ils essayaient d'en maximiser l'effet, avec des effets souvent bénéfiques, voire décisifs pour les patients.
Au contraire, la tendance lourde de la médecine conventionnelle actuelle, est d'éliminer tous les facteurs qu'elle ne maîtrise pas, et donc l'effet placebo. L'effet est poussé au maximum lorsque le médecin arrête d'écouter et même d'ausculter ses malades, pour se concentrer sur les résultats d'analyse, voire sur son ordinateur.
Thierry Janssen témoigne que, lorsqu'il travaillait à l'université, l'effet placebo était considéré, non comme un effet à rechercher, puisqu'il guérit le patient, mais au contraire comme « un ennemi, une sorte d'empêcheur de soigner en paix ».
La raison ? L'intervention de l'effet placebo dans le processus de guérison inverse les rôles, puisque c'est en quelque sorte le patient qui guérit lui-même. L'efficacité et l'utilité du médecin, et la validité de ses pratiques, sont remises en cause. Ses interventions se rapprochent dangereusement des incantations d'un sorcier vaudou. Pour l'industrie pharmaceutique, l'effet placebo est également un terrible ennemi, qui remet en cause l'efficacité des médicaments qu'elle propose. Elle a intérêt donc, à en minimiser les effets.
A partir du moment où un traitement guérit (réellement), mais qu'on considère que ses résultats sont trop influencés par l'effet placebo, le traitement est considéré comme... inefficace.
Pourtant, la question de l'effet placebo devrait être cruciale car, non seulement il permet de soigner des maladies bénignes, mais il devient une question de vie ou de mort chez les patients dits « en fin de vie », chez qui un retour à la santé, même total, reste toujours possible. C'est le cas en particulier les patients cancéreux en stade dit « terminal ».
De nombreuses personnes ont fait la douloureuse expérience, dans les services d'oncologie, de la « disparition » du médecin à partir du moment où il s'est persuadé lui-même que « ses » médicaments n'étaient plus efficaces sur « son » malade. L'effet est en général catastrophique pour le malade.
Le Dr Thierry Janssen, qui a fait un travail de recherche remarquable, en plus de sa riche expérience personnelle de chirurgien, cite une longue liste d'exemples, où il a vu des malades se dégrader rapidement à cause d'un mot malheureux prononcé par leur médecin. Il cite le cas par exemple de Suzanne, une jeune femme atteinte d'un cancer du poumon, qui connut une brutale dégradation de sa maladie après des résultats d'examens positifs, mais annoncés sur un ton « peu réjoui » par son oncologue, qui avait ajouté « Mais il faut être prudent, on ne peut pas crier victoire, une récidive est encore possible. »
Cette dernière phrase n'a, sur le plan médical, aucun sens, puisque, saine ou malade, toute personne peut voir un cancer apparaître à tout moment. Dire à une personne dont le cancer vient de disparaître qu'une « récidive est possible » n'a aucune valeur informative. Par contre, le malade, lui, peut interpréter cela comme un signe que son médecin croit qu'il va retomber malade, et c'est ce qui est arrivé à Suzanne, avec des conséquences qui furent dramatiques.
Le Dr Thierry Janssen explique donc, et il est absolument vital pour vous de le savoir, que « le pouvoir des croyance sur la santé du corps est bien réel ». L'ignorer, comme le fait la médecine conventionnelle moderne, produit des dégâts parfois mortels.
Et l'effet joue dans les deux sens : selon une étude de l'Université de Kentucky, les personnes qui sont persuadées de vivre mieux, et plus longtemps, que les autres, vivent dix ans de plus que les pessimistes, et ce en meilleur santé. [7]
« Plusieurs études confirment ces conclusion; écrit Thierry Janssen [8]. L'optimisme réduit le nombre de jours de maladie [9], améliore l'immunité [10], favorise la survie après un infarctus [11], permet à des femmes atteintes d'un cancer du sein de vivre mieux et plus longtemps [12]. Indéniablement, une approche positive de la vie prépare un futur positif. Les pessimistes ne devraient donc pas s'étonner de voir leurs craintes et leurs prédictions se réaliser ! »
Pour vous procurer le livre de Thierry Janssen : La solution intérieure, éditions Fayard, 2006, 375 p, 22 €. (Je ne touche rien sur les ventes.)
A votre santé !
Jean-Marc Dupuis
**********************
Revenir en haut
Madarion-2
Conseil des Anciens
Conseil des Anciens

Hors ligne

Inscrit le: 20 Avr 2011
Messages: 1 527
Localisation: Perpignan - France
Raison de l'inscription: Spiritualité
Masculin Poissons (20fev-20mar) 虎 Tigre

MessagePosté le: Mar 23 Aoû - 15:21 (2011)    Sujet du message: médicaments: oui ou non Répondre en citant

Nous avons en nous une entité qui n'est pas connecté a notre esprit mais plutot aux personnes a fort influnces.

Si ces personnes veulent vous jeter un sort ils n'on qu'a le dire haut et fort devant vous et quelques heures plus tard vous risquez d'avoir un probléme. C'est un mécanisme connus depuis trés longtemps par certains africains.

De même, un médicament ne fonctionne qu'a partir du moment ou l'inconscient est programmé pour cela.
Manipuler le plus souvent par un docteur, c'est a dire un être a fort aura ayant fait de longue étude, ayant des diplomes et ayant une belle ... Situation.

Il est pas fous l'inconscient
merci

Si le docteur joue le jeux il trompe notre inconscient, et le placebot fait l'effet.
Car le médicament ne régle qu'une partie du probléme, le reste c'est le role de notre inconscient.
_________________
-==|==-
Revenir en haut
Teiwas
Modérateur
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 20 Avr 2011
Messages: 4 855
Localisation: Australia -Red Center
Féminin Sagittaire (22nov-21déc) 羊 Chèvre

MessagePosté le: Mar 23 Aoû - 21:40 (2011)    Sujet du message: médicaments: oui ou non Répondre en citant

Citation:
Ses interventions se rapprochent dangereusement des incantations d'un sorcier vaudou.
Quelle est la différence entre un sorcier et un médecin? Le costume rire

J'ai une ami médecin qui m'a expliqué que trop souvent ce sont les malades qui veulent des médicaments, et que dans ces cas,s'il ne fait pas une ordonnace, il est pris pour un incapable ignorant.
_________________
Il n’y a point de génie sans un grain de folie
Revenir en haut
Chéana
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 28 Aoû - 10:21 (2011)    Sujet du message: médicaments: oui ou non Répondre en citant

j'avais envie de rebondir


je fais de l'hypertension
j'ai commencé à prendre un médicament peu dosé
la tension s'est régulée
puis elle a augmenté de nouveau
et le médecin m'a prescrit un médicament dosé plus fort
et elle m'a dit, que de toute manière le corps s’habituait et qu'il faudrait augmenter encore et encore le médicament


ça ma carrément démoralisée, car alors, quand j'aurai le plus fort, il n'y aura plus rien à faire????


je n'ai pas osé ne pas le prendre
mais j'aurai tant aimé que mon médecin trouve plutôt une piste du pourquoi ma tension avait augmenté et une manière plus naturelle de la juguler


elle n'a pas su me motiver pour prendre en charge ma propre santé
il en va de même de ma thyroide, qui fonctionne très bien, mais qui produit des kystes, qui grossissent
ainsi on parle de me l'enlever
et je devrai alors prendre à vie un médicament qui me sera nécessaire, voire vital
je n'ai rien décidé et je repousse
car même si je sais que nous ne pouvons nous réguler en tout nous même, je pense que prendre le moins possible de médicaments ne peut qu'être bénéfique
Revenir en haut
Caresse
Ecrivains-Writers
Ecrivains-Writers

Hors ligne

Inscrit le: 20 Avr 2011
Messages: 437
Localisation: Québec - Granby
Féminin Bélier (21mar-19avr) 猴 Singe

MessagePosté le: Lun 7 Nov - 08:58 (2011)    Sujet du message: médicaments: oui ou non Répondre en citant

Chéana a écrit:
j'avais envie de rebondir


je fais de l'hypertension
j'ai commencé à prendre un médicament peu dosé
la tension s'est régulée
puis elle a augmenté de nouveau
et le médecin m'a prescrit un médicament dosé plus fort
et elle m'a dit, que de toute manière le corps s’habituait et qu'il faudrait augmenter encore et encore le médicament


ça ma carrément démoralisée, car alors, quand j'aurai le plus fort, il n'y aura plus rien à faire????


je n'ai pas osé ne pas le prendre
mais j'aurai tant aimé que mon médecin trouve plutôt une piste du pourquoi ma tension avait augmenté et une manière plus naturelle de la juguler


elle n'a pas su me motiver pour prendre en charge ma propre santé
il en va de même de ma thyroide, qui fonctionne très bien, mais qui produit des kystes, qui grossissent
ainsi on parle de me l'enlever
et je devrai alors prendre à vie un médicament qui me sera nécessaire, voire vital
je n'ai rien décidé et je repousse
car même si je sais que nous ne pouvons nous réguler en tout nous même, je pense que prendre le moins possible de médicaments ne peut qu'être bénéfique
Je me suis faite avoir aussi avec les médicaments pour l'hypertension... sauf que contrairement à ce que t'as dit ton doc... si on fait très attention on peut faire baisser la dose de médicaments... j'y suis parvenue !!! clind

Mais c'est quand-même pas normal que plutôt de nous dire comment la faire baisser naturellement on nous prescrive aussitôt des médicaments !!! Rolling Eyes
_________________
Caresse

Mon site
Revenir en haut
Chéana
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Lun 7 Nov - 10:24 (2011)    Sujet du message: médicaments: oui ou non Répondre en citant

Carresse, comment as tu fait ? pour l'hypertension?
j'ai aussi un problème d'ostéoporose et le médicament prescrit m'a été interdit par mon dentiste
du coup je prends plus de vitamine D et j'essaie de marcher, plus souvent
ce médicament prescrit avait TELLEMENT d'effets secondaires, que j'ai dit à mon médecin que j'avais pas envie de me détruitre plus de trucs juste pour en soigner un autre...
Revenir en haut
Caresse
Ecrivains-Writers
Ecrivains-Writers

Hors ligne

Inscrit le: 20 Avr 2011
Messages: 437
Localisation: Québec - Granby
Féminin Bélier (21mar-19avr) 猴 Singe

MessagePosté le: Mer 9 Nov - 10:13 (2011)    Sujet du message: médicaments: oui ou non Répondre en citant

Chéana a écrit:
Carresse, comment as tu fait ? pour l'hypertension?
j'ai aussi un problème d'ostéoporose et le médicament prescrit m'a été interdit par mon dentiste
du coup je prends plus de vitamine D et j'essaie de marcher, plus souvent
ce médicament prescrit avait TELLEMENT d'effets secondaires, que j'ai dit à mon médecin que j'avais pas envie de me détruitre plus de trucs juste pour en soigner un autre...
Ben voilà... simple comme bonjour... je me fais plaisir... surtout.j'écoute de la musique... plein de musique... mais le fait d'être enfin unie à celui que j'aime depuis si longtemps m'a aussi beaucoup aidé... je suis si heureuse !!!

Coté alimentation ben j'ai carrément enterré les interdits !!! clind

Je mange ce que j'aime... surtout les bons petits plats que mon homme sait si bien concocter...il est un excellent cuisinier !!!

Surtout,je vis pour moi... je ne me pose plus de questions à savoir si ceux que j'aime sont heureux... je vis pour moi..

Pas complètement bien sur mais j'y arrive mieux de jour en jour... je continue à y travailler... clind
_________________
Caresse

Mon site
Revenir en haut
Kalypsis
Conseil des Anciens
Conseil des Anciens

Hors ligne

Inscrit le: 20 Avr 2011
Messages: 1 086

MessagePosté le: Jeu 10 Nov - 06:11 (2011)    Sujet du message: médicaments: oui ou non Répondre en citant

Oui Caresse l'Amour fait des miracles  kiss Mais en attendant qu'il opère sur tous  danse voici un article fort intéressant que j'ai reçu hier et qui explique bien le déséquilibre chimique des effets secondaires, comment ces médicaments que l'on donne à tour de bras drainent notre corps de ses principes les plus simples et... "vitaux"  furie :


Lorsqu'on pense aux effets secondaires des médicaments, ce qui vient d'abord à l'esprit sont les maux de tête, les vertiges, la bouche sèche, ou encore les accidents cardiaques graves comme dans le cas du Médiator (valvulopathie).
Mais on oublie souvent une autre catégorie d'effets secondaires, beaucoup plus insidieux, et répandus : de nombreux médicaments drainent les nutriments essentiels de votre corps, ce qui provoque fatigue, affaiblissement de votre système immunitaire, et augmente votre risque de maladies cardiaques et même de cancer sur le long terme.
Cette conséquence intéresse peu les médecins qui manquent de formation en biochimie et en nutrition. Certains, qui considèrent les déficits en vitamines, minéraux et acides gras comme des fables, vont jusqu'à ignorer complètement le problème, parfois même rire de leurs patients qui s'en préoccupent.
Quant aux journaux grand public, qui ne cessent de vous mettre en garde contre les médicaments « dangereux », ils ont surtout besoin de spectaculaire : hécatombes, scandales politico-financier, procès retentissants, et si possible, bouc-émissaire à charger de tous les maux. Cela fait plus vendre qu'un titre sur les effets possibles d'une carence en vitamine B9...
Dans ce domaine comme dans tant d'autres, mieux vaut donc que vous ayez l'information pour savoir à quoi vous en tenir :
Quels sont vos risques ?
L'épuisement de vos réserves de nutriments essentiels (vitamines et minéraux), qui provoque des symptômes tels que la fatigue, des crampes musculaires et l'accélération du rythme cardiaque, peut se produire en quelques semaines après le début de la prise d'un médicament.
Le plus souvent, ces symptômes apparaissent cependant progressivement, au fil des mois, voire des années - et, par conséquent, sont considérés par les patients qui prennent les médicaments comme  bénins, quand ils ne sont pas carrément confondus avec des signes de vieillissement.
Dans certains cas, une carence non décelée en éléments nutritionnels augmente votre risque d'attraper d'autres maladies - par exemple, une carence en acide folique (vitamine B9) peut augmenter votre risque de cancer, ou causer des changements physiologiques qui peuvent ouvrir la voie à une crise cardiaque ou un AVC (accident vasculaire cérébral).
Important : Si vous prenez un ou plusieurs médicaments régulièrement, demandez à votre médecin des vous informer des risques d'épuisement de vos réserves de nutriments - et demandez-lui si vous devez faire des analyses. Votre sang est composé d'un liquide, le plasma, dans lequel flottent des cellules (globules rouges, blancs et plaquettes) et un grand nombre de substances (protéines, hormones, vitamines, etc.).
Les médecins peuvent demander une analyse sanguine biochimique pour détecter une éventuelle concentration trop basse de vitamines et de minéraux, tels que la vitamine B-12, l'acide folique, le calcium, le magnésium et le potassium.
De nombreux tests très sophistiqués existent aujourd'hui pour diagnostiquer d'éventuelles carences. Par exemple, le test en micronutriments SpectraCell mesure 31 vitamines, minéraux, acides aminés et antioxydants, ou encore le test Metametrix Nutrient and Toxic Elements Profile (www.metametrix.com).
Bon à savoir :Assurez-vous de manger des aliments riches en éléments nutritifs. Vous pouvez aussi demander à votre médecin de vous conseiller des compléments nutritionnels si vous êtes obligé de prendre un des médicaments suivants :
Aspirine et autres anti-inflammatoires non-stéroïdiens (AINS : ibuprofène, diclofénac)
Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), tels que l'aspirine, sont couramment utilisés pour réduire la douleur et l'inflammation. Des millions de Français prennent aussi des microdoses d'aspirine pour fluidifier leur sang, dans le but de réduire leur risque d'une crise cardiaque ou d'AVC.
Les nutriments éliminés par les AINS : l'acide folique (vitamine B9) et la vitamine C. L'insuffisance en acide folique est soupçonnée d'augmenter le risque de plusieurs cancers, y compris les tumeurs malignes du sein et du côlon. Un taux réduit d'acide folique a également été mis en relation avec des niveaux élevés d'homocystéine, un acide aminé qui peut augmenter le risque de crise cardiaque et d'accident vasculaire cérébral.
Les personnes qui ont peu de vitamine C attrapent plus de rhumes, de grippe et d'infections que celles ayant des taux normaux. Une carence en vitamine C peut également nuire à la capacité du corps à produire et réparer le cartilage - ce qui peut expliquer pourquoi les gens souffrant d'arthrose qui prennent régulièrement un AINS ont souvent plus de douleurs à long terme.
Conseil : prendre 1000 mg de vitamine C par jour si vous prenez régulièrement un AINS. Une étude de l'Université de Boston a constaté que les personnes prenant le plus de vitamine C étaient trois fois moins susceptibles de développer de l'arthrose, ou d'avoir une augmentation des symptômes d'arthrose, que les autres.
Attention: la vitamine C à haute dose peut causer des selles liquides chez certaines personnes - si cela se produit, réduire la dose à 500 mg par jour.
En outre, prendre un complément de 400-mcg à 800 mcg d'acide folique (la forme synthétique du folate) par jour. Prenez aussi de la vitamine B12 (1.000 mcg par jour) avec votre acide folique, car la prise d'acide folique peut masquer une carence en vitamine B12.
Bon à savoir également : prendre 1000 mg à 2000 mg d'huile de poisson par jour réduit la nécessité de prendre des AINS pour les personnes souffrant d'arthrose. Une étude a révélé que 60 % des personnes souffrant d'arthrose qui ont pris l'huile de poisson ont senti leurs douleurs articulaires diminuer dans les 75 jours. La moitié d'entre elles ont pu arrêter de prendre des AINS.
Les inhibiteurs calciques
La plupart des personnes qui ont besoin d'être soignées contre l'hypertension savent que les diurétiques (médicaments provoquant une excrétion de l'eau) peuvent épuiser leurs réserves en micronutriments essentiels, notamment le potassium. Il est moins bien connu en revanche que les inhibiteurs calciques, y compris l'amlodipine (Amlor, prescrit contre les crises d'angor, ou angines de poitrine) et la nicardipine (Loxen, prescrit contre l'hypertension), peuvent avoir le même effet.
Nutriment éliminé par le médicament : le potassium. Les personnes qui ont un taux faible de potassium peuvent ressentir des faiblesses musculaires et de la fatigue. Leur pression artérielle peut également augmenter, ce qui annule les effets bénéfiques du médicament.
Conseil : Prendre un complément de potassium de 100 mg par jour. Parce que de nombreux aliments contiennent des quantités importantes de ce minéral, vous pouvez consommer une seule portion supplémentaire d'un aliment riche en potassium comme alternative. Une pomme de terre moyenne au four avec la peau, par exemple, fournit 850 mg de potassium ... et une grande banane 487 mg. Consultez votre médecin si vous avez une maladie rénale – prendre un complément de potassium peut aggraver le problème.
GEMFIBROZIL
Les personnes qui souffrent d'un taux élevé de cholestérol que les statines ne parviennent pas à faire baisser, ou qui souffrent de douleurs musculaires ou d'autres effets secondaires lors de la prise de statines, peuvent se voir prescrire du gemfibrozil (Lipur). Ce médicament et les autres appartenant à la catégorie des fibrates, élèvent le niveau de HDL (bon cholestérol) et réduisent les taux de (mauvais) cholestérol LDL et de triglycérides.
Nutriments éliminés par le médicament : la vitamine E et le coenzyme Q10 (CoQ10). Une carence en vitamine E, un antioxydant puissant, peut augmenter le risque de cancer, de maladies cardiaques et d'autres problèmes de santé, tels que les troubles nerveux. L'insuffisance de CoQ10 se traduit souvent par des douleurs et des faiblesses musculaires, et peut provoquer des troubles du rythme cardiaque.
Conseil : Prendre 200 mg de CoQ10 et 100 mg de vitamine E naturelle (un mélange de tocophérols) sous forme de complément alimentaire par jour.
METFORMINE
La metformine (Glucophage) est un médicament oral contre le diabète de type 2 répandu. Il réduit la glycémie en rendant les cellules plus sensibles à l'insuline. Il entraîne également une moindre prise de poids et moins d'épisodes d'hypoglycémie (chute du taux de sucre sanguin) que d'autres médicaments contre le diabète.
Nutriment éliminé par le médicament : la vitamine B12. Une étude publiée dans le journal Archives of Internal Medicine a révélé que les patients prenant de la metformine avaient un niveau moyen de vitamine B12 qui était de la moitié de celui des personnes qui ne prenaient pas le médicament. La metformine réduit également le niveau de folate. Une carence en ces éléments nutritifs peut causer de la fatigue, des pertes de mémoire et de la dépression.
Conseil : prendre 1.000 mcg de vitamine B12 par jour. Dans la mesure où de nombreux compléments multivitaminés ne contiennent que 200 mcg (ou moins) de vitamine B12, vous aurez à le compléter pour atteindre la dose de 1000 mcg par jour. Pour l'acide folique, prendre 400 mcg à 800 mcg par jour.
Important: lorsqu'elles augmentent leur niveau de vitamine B12, les personnes atteintes de diabète sont plus susceptibles de faire l'expérience d'épisodes d'hypoglycémie. Mais votre médecin vous fera normalement faire un test d'hémoglobine A1c, qui mesure les niveaux de sucre dans le sang sur une période de quelques semaines, plutôt qu'à un seul point dans le temps.
A votre santé !
Jean-Marc Dupuis
Le point de vue du Dr. Gérard Mégret
Dans l’étude de référence ci-dessus citée, les auteurs estimaient qu’un peu moins de la moitié de ces évènements indésirables graves (EIG) pouvaient être dus aux médicaments.
Il faut prendre en compte dans ces mauvais chiffres de nombreuses sources ‘’d’erreur’’. La prescription elle-même (oui, il arrive au médecin, voire au pharmacien, de se tromper) ; le patient (qui peut aussi en faire mauvais usage) ; les interactions médicamenteuses, c’est-à-dire l’association de divers médicaments n’ayant pas été étudiés au préalable dans un usage conjoint ; la tolérance personnelle à un type de molécule (fort difficile à appréhender en amont de l’usage…) ; les effets secondaires éventuels d’un médicament lorsqu’il est utilisé dans une grande population de malades, étude qui ne peut pas toujours être réalisé auparavant ; et enfin, il est vrai que certains nutriments essentiels tels que ceux décrits ci-dessus peuvent être diminués par l’usage prolongé (mais nécessaire…) de quelques médicaments.
Une fois de constat établi, selon la formule désormais classique : ‘’On fait quoi ?’’. Le dosage systématique de ces –nombreux- nutriments essentiels semble tout à fait irréalisable. Rappelons que le test SpectraCell coûte 160 dollars…Non remboursés, bien entendu. La recommandation – là encore systématique- d’une supplémentation en vitamines diverses lorsque le malade est obligé d’utiliser un médicament réputé péjoratif pour ces dernières n’a pas non plus de raison objective : tous les consommateurs de ce médicament ne présenteront pas les symptômes déficitaires incriminés. Sans doute un dosage spécifique de ces vitamines peut-il être envisagé chez les sujets « à risque » (âgés, dénutris, polypathologies, associa tions médicamenteuses obligatoires etc…). Exemple du déficit possible en potassium sous diurétiques ou Ica : un banal dosage du potassium donnera tout de suite la réponse.
Peut-on donc tirer des leçons générales de ce réel problème ? Sans doute et avant tout qu’aucun médicament n’est anodin. Que son utilisation doit être comprise (et admise) par le malade, ce qui implique de poser toutes les questions possibles à son sujet, au prescripteur. Reste que des accidents peuvent survenir dès la première prise médicamenteuse et qu’il sera bien difficile dans ces cas de les prévenir…Finissons sur une note optimiste : à ce jour, les médicaments ont sauvé plus qu’ils n’ont tué.
**********************
Revenir en haut
Teiwas
Modérateur
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 20 Avr 2011
Messages: 4 855
Localisation: Australia -Red Center
Féminin Sagittaire (22nov-21déc) 羊 Chèvre

MessagePosté le: Jeu 10 Nov - 06:54 (2011)    Sujet du message: médicaments: oui ou non Répondre en citant


_________________
Il n’y a point de génie sans un grain de folie
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 17:35 (2016)    Sujet du message: médicaments: oui ou non

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    au-delà de notre essence. Index du Forum -> Pêle-Mêle/Higgledy-piggledy -> Pêle-Mêle/Higgledy-piggledy -> Archives 2010-2011 Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: 1, 2  >
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com