On s'impatiente ? pas de panique dans quelques instants votre page s'affichera

au-delà de notre essence. :: Boris Vian
au-delà de notre essence.  Index du Forum

au-delà de notre essence.
Discussions de tout et de rien , selon les états d'âme et tout ce qui nous touche .Franco-anglais.Bienvenue à tous.Welcome to all.


Boris Vian

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    au-delà de notre essence. Index du Forum -> Au delà de notre essence.Further than our essence -> Cinéma -télévision- theatre-radio -> Archives 2010-2011
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Chéana
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 18 Juin - 09:20 (2011)    Sujet du message: Boris Vian Répondre en citant




J'ai vu à la télé un reportage sur Boris Vian

je trouve que l'acteur lui ressemblait un peu
en tout cas, ce film-reportage m'a émue... j'ai même eu du mal à m'endormir
quel personnage 
trompettiste de jazz, écrivain, poète, parolier, chanteur, ingénieur,, scénariste, traducteur, et et et
il a connu les plus grands, Jean Paul Sartre, Simone de Beauvoir, Juliette Gréco, Mouloudji, Miles Davis et et et

un humour décapant, une grande tendresse et sensibilité

comme tant il fut méconnu de son vivant 
il meurt à 39 ans, pauvre,  de cette insuffisance cardiaque qu'il avait contractée tout petit, suite à un rhumatisme articulaire

il m'a séduite
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 18 Juin - 09:20 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Chéana
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 18 Juin - 09:23 (2011)    Sujet du message: Boris Vian Répondre en citant

le déserteur



par Mouloudji





Monsieur le président 
Je vous fais une lettre 
Que vous lirez peut-être 
Si vous avez le temps. 
Je viens de recevoir 
Mes papiers militaires 
Pour partir à la guerre 
Avant mercredi soir. 
Monsieur le président 
Je ne veux pas la faire 
Je ne suis pas sur terre 
Pour tuer des pauvres gens. 
C'est pas pour vous fâcher, 
Il faut que je vous dise, 
Ma décision est prise, 
Je m'en vais déserter. 


Depuis que je suis né, 
J'ai vu mourir mon père, 
J'ai vu partir mes frères 
Et pleurer mes enfants. 
Ma mère a tant souffert 
Qu'elle est dedans sa tombe 
Et se moque des bombes 
Et se moque des vers. 
Quand j'étais prisonnier, 
On m'a volé ma femme, 
On m'a volé mon âme, 
Et tout mon cher passé. 
Demain de bon matin 
Je fermerai ma porte 
Au nez des années mortes, 
J'irai sur les chemins. 


Je mendierai ma vie 
Sur les routes de France, 
De Bretagne en Provence 
Et je crierai aux gens: 
«Refusez d'obéir, 
Refusez de la faire, 
N'allez pas à la guerre, 
Refusez de partir.» 
S'il faut donner son sang, 
Allez donner le vôtre, 
Vous êtes bon apôtre 
Monsieur le président. 
Si vous me poursuivez, 
Prevenez vos gendarmes 
Que je n'aurai pas d'armes 
Et qu'ils pourront tirer.
Revenir en haut
Chéana
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 18 Juin - 09:25 (2011)    Sujet du message: Boris Vian Répondre en citant

je suis snob





par Serge Gainsbourg


Revenir en haut
Chéana
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 18 Juin - 09:26 (2011)    Sujet du message: Boris Vian Répondre en citant

Ne vous mariez pas les filles



Avez-vous vu un homme à poil
Sortir soudain d'la salle de bains
Dégoulinant par tous les poils
Et la moustache pleine de chagrin ?
Avez-vous vu un homme bien laid
En train d'manger des spaghetti
Fourchette au poing, l'air abruti
D'la sauce tomate sur son gilet
Quand ils sont beaux, ils sont idiots
Quand ils sont vieux, ils sont affreux
Quand ils sont grands, ils sont feignants
Quand ils sont p'tits, ils sont méchants
Avez-vous vu un homme trop gros
Extraire ses jambes de son dodo
S'masser l'ventre et s'gratter les tifs
En r'gardant ses pieds l'air pensif ?

{Refrain 1:}
Ne vous mariez pas, les filles, ne vous mariez pas
Faites plutôt du cinéma
Restez pucell' chez vot'papa
Dev'nez serveuse chez un bougnat
El'vez des singes, él'vez des chats
Levez la patte à l'Opéra
Vendez des boit' de chocolat
Prenez le voile ou l'prenez pas
Dansez à poil pour les gagas
Soyez radeuse av'nue du Bois
Mais ne vous mariez pas, les filles
Ne vous mariez pas.

Avez-vous vu un homme gêné
Rentrer trop tard pour le dîner
Du rouge à lèvres sur son col
Du flageolant dans la guibole
Avez-vous vu au cabaret
Un monsieur qui n'est plus très frais
Se frotter avec insistance
Sur un' petite fleur d'innocence
Quand ils sont bêtes, ils vous embêtent
Quand ils sont forts, ils font du sport
Quand ils sont riches, Ils gar'nt l'artiche
Quand sils sont durs, ils vous torturent
Avez-vous vu à votre bras
Un maigrichon aux yeux de rat
Friser ses trois poils de moustache
Et se redresser, l'air bravache.

{Refrain 2:}
Ne vous mariez pas, les filles, ne vous mariez pas
Mettez vos robes de gala
Allez danser à l'Olympia
Changez d'amant quat' fois par mois
Prenez la braise et gardez-la
Cachez la fraîche sous vos matelas
A cinquante ans, ça servira
A vous payer des beaux p'tits gars
Rien dans la tête, tout dans les bras
Ah, la belle vie que ça sera
Si vous n'vous mariez pas, les filles
Si vous n'vous mariez pas.
Revenir en haut
Chéana
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 18 Juin - 09:27 (2011)    Sujet du message: Boris Vian Répondre en citant

Revenir en haut
Chéana
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 18 Juin - 09:28 (2011)    Sujet du message: Boris Vian Répondre en citant

Chez Boris Vian - Interview Radio - 1951


Revenir en haut
Chéana
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 18 Juin - 09:28 (2011)    Sujet du message: Boris Vian Répondre en citant

son dernier jour







Revenir en haut
Chéana
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 18 Juin - 09:29 (2011)    Sujet du message: Boris Vian Répondre en citant

Revenir en haut
Teiwas
Modérateur
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 20 Avr 2011
Messages: 4 855
Localisation: Australia -Red Center
Féminin Sagittaire (22nov-21déc) 羊 Chèvre

MessagePosté le: Sam 18 Juin - 09:53 (2011)    Sujet du message: Boris Vian Répondre en citant

J'aime beaucoup Jeanne Moreau merci

Boris Vian, Lettre ouverte à Monsieur Paul Faber, conseiller municipal (1955) après que la chanson Le Déserteur fusse interdite, car elle fut chantée pour la première fois en public le jour de la défaite de Dien Bien Phu

Non, Monsieur Faber
ne cherchez pas l´insulte où elle n´est pas et si vous la trouvez, sachez que c´est vous qui l´y aurez mise. je dis clairement ce que je veux dire ; et jamais je n´ai eu le désir d´insulter les anciens combattants des deux guerres, les résistants, parmi lesquels je compte bien des amis, et les morts de la guerre - parmi lesquels j´en comptais bien d´autres. Lorsque j´insulte (et cela ne m´arrive guère) je le fais franchement, croyez-moi. Jamais je n´insulterai des hommes comme moi, des civils, que l´on a revêtus d´un uniforme pour pouvoir les tuer comme de simples objets, en leur bourrant le crâe de mots d´ordre vides et de prétextes fallacieux. Se battre sans savoir pourquoi l´on se bat est le fait d´un imbécile et non celui d´un héros ; le héros c´est celui qui accepte la mort lorsqu´il sait qu´elle sera utile aux valeurs qu´il défend. Le déserteur de ma chanson n´est qu´un homme qui ne sait pas ; et qui le lui explique ? Je ne sais de quelle guerre vous êtes ancien combattant - mais si vous avez fait la première, reconnaissez que vous étiez plus doué pour la guerre que pour la paix ; ceux qui, comme moi, ont eu 20 ans en 1940 ont reçu un drôle de cadeau d´anniversaire. Je ne pose pas pour les braves ; ajourné à la suite d´une maladie de coeur, je ne me suis pas battu, je n´ai pas été déporté, je n´ai pas collaboré - je suis resté, quatre ans durant, un imbécile sous-alimenté parmi tant d´autres - un qui ne comprenait pas parce que pour comprendre il faut qu´on vous explique. J´ai trente-quatre ans aujourd´hui, et je vous le dis : s´il s´agit de défendre ceux que j´aime, je veux bien me battre tout de suite. S´il s´agit de tomber au hasard d´un combat ignoble sous la gelée de napalm, pion obscur dans une mêlée guidée par des intérêts politiques, je refuse et je prends le maquis. Je ferai ma guerre à moi. le pays entier s´est élevé contre la guerre d´Indochine lorsqu´il a fini par savoir ce qu´il en était, et les jeunes qui se sont fait tuer là-bas parce qu´ils croyaient servir à quelque chose - on le leur avait dit - je ne les insulte pas, je les pleure ; parmi eux se trouvaient, qui sait, de grands peintres - de grands musiciens ; et à coup sûr, d´honnêtes gens. Lorsque l´on voit une guerre prendre fin en un mois par la volonté d´un homme qui ne se paie pas, sur ce chapitre, de mots fumeux et glorieux, on est forcé de croire, si l´on ne l´avait pas compris, que celle-là au moins n´était pas inévitable.

_________________
Il n’y a point de génie sans un grain de folie
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 18:34 (2016)    Sujet du message: Boris Vian

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    au-delà de notre essence. Index du Forum -> Au delà de notre essence.Further than our essence -> Cinéma -télévision- theatre-radio -> Archives 2010-2011 Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com