On s'impatiente ? pas de panique dans quelques instants votre page s'affichera

au-delà de notre essence. :: Je ne suis pas Charlie
au-delà de notre essence.  Index du Forum

au-delà de notre essence.
Discussions de tout et de rien , selon les états d'âme et tout ce qui nous touche .Franco-anglais.Bienvenue à tous.Welcome to all.


Je ne suis pas Charlie
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    au-delà de notre essence. Index du Forum -> Au delà de notre essence.Further than our essence -> Sagesse-wisdom -> Le soleil vient de se lever - The sun has risen
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Teiwas



Inscrit le: 20 Avr 2011
Messages: 4 855

MessagePosté le: Ven 23 Jan - 01:45 (2015)    Sujet du message: Je ne suis pas Charlie Répondre en citant

Revue du message précédent :

***** je suis en total accord avec le paragraphe, car la plus part du monde occidental intellectuel refuse de croire qu'il y a des forces négatives, que j'appelle "Le Malin" Sa plus grande victoire c'est d'avoir réussi à faire croire qu'il n'existe pas



Abdennour Bidar

Lettre ouverte au monde musulman

Publication: 15/10/2014 22:58 EDT Mis à jour: 09/01/2015 17:19 EST



Cher monde musulman, je suis un de tes fils éloignés qui te regarde du dehors et de loin - de ce pays de France où tant de tes enfants vivent aujourd'hui. Je te regarde avec mes yeux sévères de philosophe nourri depuis son enfance par le taçawwuf (soufisme) et par la pensée occidentale. Je te regarde donc à partir de ma position de barzakh, d'isthme entre les deux mers de l'Orient et de l'Occident!

Et qu'est-ce que je vois ? Qu'est-ce que je vois mieux que d'autres sans doute parce que justement je te regarde de loin, avec le recul de la distance ? Je te vois toi, dans un état de misère et de souffrance qui me rend infiniment triste, mais qui rend encore plus sévère mon jugement de philosophe ! Car je te vois en train d'enfanter un monstre qui prétend se nommer État islamique et auquel certains préfèrent donner un nom de démon : DAESH. Mais le pire est que je te vois te perdre - perdre ton temps et ton honneur - dans le refus de reconnaître que ce monstre est né de toi, de tes errances, de tes contradictions, de ton écartèlement interminable entre passé et présent, de ton incapacité trop durable à trouver ta place dans la civilisation humaine.

Que dis-tu en effet face à ce monstre ? Quel est ton unique discours ? Tu cries « Ce n'est pas moi ! », « Ce n'est pas l'islam ! ». Tu refuses que les crimes de ce monstre soient commis en ton nom (hashtag #NotInMyName). Tu t'indignes devant une telle monstruosité, tu t'insurges aussi que le monstre usurpe ton identité, et bien sûr tu as raison de le faire. Il est indispensable qu'à la face du monde tu proclames ainsi, haut et fort, que l'islam dénonce la barbarie. Mais c'est tout à fait insuffisant ! Car tu te réfugies dans le réflexe de l'autodéfense sans assumer aussi, et surtout, la responsabilité de l'autocritique. Tu te contentes de t'indigner, alors que ce moment historique aurait été une si formidable occasion de te remettre en question ! Et comme d'habitude, tu accuses au lieu de prendre ta propre responsabilité : « Arrêtez, vous les occidentaux, et vous tous les ennemis de l'islam de nous associer à ce monstre ! Le terrorisme, ce n'est pas l'islam, le vrai islam, le bon islam qui ne veut pas dire la guerre, mais la paix! »

J'entends ce cri de révolte qui monte en toi, ô mon cher monde musulman, et je le comprends. Oui tu as raison, comme chacune des autres grandes inspirations sacrées du monde l'islam a créé tout au long de son histoire de la Beauté, de la Justice, du Sens, du Bien, et il a puissamment éclairé l'être humain sur le chemin du mystère de l'existence... Je me bats ici en Occident, dans chacun de mes livres, pour que cette sagesse de l'islam et de toutes les religions ne soit pas oubliée ni méprisée ! Mais de ma position lointaine, je vois aussi autre chose - que tu ne sais pas voir ou que tu ne veux pas voir... Et cela m'inspire une question, LA grande question : pourquoi ce monstre t'a-t-il volé ton visage ? Pourquoi ce monstre ignoble a-t-il choisi ton visage et pas un autre ? Pourquoi a-t-il pris le masque de l'islam et pas un autre masque ? C'est qu'en réalité derrière cette image du monstre se cache un immense problème, que tu ne sembles pas prêt à regarder en face. Il le faut bien pourtant, il faut que tu en aies le courage.

Ce problème est celui des racines du mal. D'où viennent les crimes de ce soi-disant « État islamique » ? Je vais te le dire, mon ami. Et cela ne va pas te faire plaisir, mais c'est mon devoir de philosophe. Les racines de ce mal qui te vole aujourd'hui ton visage sont en toi-même, le monstre est sorti de ton propre ventre, le cancer est dans ton propre corps. Et de ton ventre malade, il sortira dans le futur autant de nouveaux monstres - pires encore que celui-ci - aussi longtemps que tu refuseras de regarder cette vérité en face, aussi longtemps que tu tarderas à l'admettre et à attaquer enfin cette racine du mal !

Même les intellectuels occidentaux, quand je leur dis cela, ont de la difficulté à le voir : pour la plupart, ils ont tellement oublié ce qu'est la puissance de la religion - en bien et en mal, sur la vie et sur la mort - qu'ils me disent « Non le problème du monde musulman n'est pas l'islam, pas la religion, mais la politique, l'histoire, l'économie, etc. ». Ils vivent dans des sociétés si sécularisées qu'ils ne se souviennent plus du tout que la religion peut être le cœur du réacteur d'une civilisation humaine ! Et que l'avenir de l'humanité passera demain non pas seulement par la résolution de la crise financière et économique, mais de façon bien plus essentielle par la résolution de la crise spirituelle sans précédent que traverse notre humanité toute entière ! Saurons-nous tous nous rassembler, à l'échelle de la planète, pour affronter ce défi fondamental ? La nature spirituelle de l'homme a horreur du vide, et si elle ne trouve rien de nouveau pour le remplir elle le fera demain avec des religions toujours plus inadaptées au présent - et qui comme l'islam actuellement se mettront alors à produire des monstres.*****

Je vois en toi, ô monde musulman, des forces immenses prêtes à se lever pour contribuer à cet effort mondial de trouver une vie spirituelle pour le XXIe siècle ! Il y a en toi en effet, malgré la gravité de ta maladie, malgré l'étendue des ombres d'obscurantisme qui veulent te recouvrir tout entier, une multitude extraordinaire de femmes et d'hommes qui sont prêts à réformer l'islam, à réinventer son génie au-delà de ses formes historiques et à participer ainsi au renouvellement complet du rapport que l'humanité entretenait jusque-là avec ses dieux ! C'est à tous ceux-là, musulmans et non musulmans qui rêvent ensemble de révolution spirituelle, que je me suis adressé dans mes livres ! Pour leur donner, avec mes mots de philosophe, confiance en ce qu'entrevoit leur espérance!

LIRE AUSSI SUR LES BLOGUES
- Pour Cabu, Charb, Wolinski et tous les autres... - l'hommage d'Anne Sinclair et la rédaction du HuffPost France
- Tuerie à Charlie Hebdo: soutien à mes collègues - Xavier Delucq
- Je cherche Charlie partout - Charly Bouchara
- Couvrez ce Saint que je ne saurais voir - Sylvain Raymond
- Le monde de Charlie - Yanick Barrette
- Pas si solitaires, les loups... - Yves-François Blanchet
- Nommer l'ennemi - Jacques Tarnero
- À fleur de peau - Caroline Dubois
- À Bernard Maris, homme délicieux - Jacques Sapir
- Ils ont tué deux de mes plus chers amis, mais pas leur essence - Mohamed Sifaoui



Il y a dans la Oumma (communauté des musulmans) de ces femmes et ces hommes de progrès qui portent en eux la vision du futur spirituel de l'être humain. Mais ils ne sont pas encore assez nombreux ni leur parole assez puissante. Tous ceux-là, dont je salue la lucidité et le courage, ont parfaitement vu que c'est l'état général de maladie profonde du monde musulman qui explique la naissance des monstres terroristes aux noms d'Al Qaida, Al Nostra, AQMI ou de l'«État islamique». Ils ont bien compris que ce ne sont là que les symptômes les plus graves et les plus visibles sur un immense corps malade, dont les maladies chroniques sont les suivantes: impuissance à instituer des démocraties durables dans lesquelles est reconnue comme droit moral et politique la liberté de conscience vis-à-vis des dogmes de la religion; prison morale et sociale d'une religion dogmatique, figée, et parfois totalitaire ; difficultés chroniques à améliorer la condition des femmes dans le sens de l'égalité, de la responsabilité et de la liberté; impuissance à séparer suffisamment le pouvoir politique de son contrôle par l'autorité de la religion; incapacité à instituer un respect, une tolérance et une véritable reconnaissance du pluralisme religieux et des minorités religieuses.

Tout cela serait-il donc la faute de l'Occident ? Combien de temps précieux, d'années cruciales, vas-tu perdre encore, ô cher monde musulman, avec cette accusation stupide à laquelle toi-même tu ne crois plus, et derrière laquelle tu te caches pour continuer à te mentir à toi-même ? Si je te critique aussi durement, ce n'est pas parce que je suis un philosophe « occidental », mais parce que je suis un de tes fils conscients de tout ce que tu as perdu de ta grandeur passée depuis si longtemps qu'elle est devenue un mythe !

Depuis le XVIIIe siècle en particulier, il est temps de te l'avouer enfin, tu as été incapable de répondre au défi de l'Occident. Soit tu t'es réfugié de façon infantile et mortifère dans le passé, avec la régression intolérante et obscurantiste du wahhabisme qui continue de faire des ravages presque partout à l'intérieur de tes frontières - un wahhabisme que tu répands à partir de tes lieux saints de l'Arabie Saoudite comme un cancer qui partirait de ton cœur lui-même ! Soit tu as suivi le pire de cet Occident, en produisant comme lui des nationalismes et un modernisme qui est une caricature de modernité - je veux parler de cette frénésie de consommation, ou bien encore de ce développement technologique sans cohérence avec leur archaïsme religieux qui fait de tes « élites » richissimes du Golfe seulement des victimes consentantes de la maladie désormais mondiale qu'est le culte du dieu argent.

Qu'as-tu d'admirable aujourd'hui, mon ami ? Qu'est-ce qui en toi reste digne de susciter le respect et l'admiration des autres peuples et civilisations de la Terre ? Où sont tes sages, et as-tu encore une sagesse à proposer au monde ? Où sont tes grands hommes, qui sont tes Mandela, qui sont tes Gandhi, qui sont tes Aung San Suu Kyi ? Où sont tes grands penseurs, tes intellectuels dont les livres devraient être lus dans le monde entier comme au temps où les mathématiciens et les philosophes arabes ou persans faisaient référence de l'Inde à l'Espagne ? En réalité tu es devenu si faible, si impuissant derrière la certitude que tu affiches toujours au sujet de toi-même... Tu ne sais plus du tout qui tu es ni où tu veux aller et cela te rend aussi malheureux qu'agressif... Tu t'obstines à ne pas écouter ceux qui t'appellent à changer en te libérant enfin de la domination que tu as offerte à la religion sur la vie toute entière. Tu as choisi de considérer que Mohammed était prophète et roi. Tu as choisi de définir l'islam comme religion politique, sociale, morale, devant régner comme un tyran aussi bien sur l'État que sur la vie civile, aussi bien dans la rue et dans la maison qu'à l'intérieur même de chaque conscience. Tu as choisi de croire et d'imposer que l'islam veut dire soumission alors que le Coran lui-même proclame qu'«Il n'y a pas de contrainte en religion» (La ikraha fi Dîn). Tu as fait de son Appel à la liberté l'empire de la contrainte ! Comment une civilisation peut-elle trahir à ce point son propre texte sacré ? Je dis qu'il est l'heure, dans la civilisation de l'islam, d'instituer cette liberté spirituelle - la plus sublime et difficile de toutes - à la place de toutes les lois inventées par des générations de théologiens !

De nombreuses voix que tu ne veux pas entendre s'élèvent aujourd'hui dans la Oumma pour s'insurger contre ce scandale, pour dénoncer ce tabou d'une religion autoritaire et indiscutable dont se servent ses chefs pour perpétuer indéfiniment leur domination... Au point que trop de croyants ont tellement intériorisé une culture de la soumission à la tradition et aux « maîtres de religion » (imams, muftis, shouyoukhs, etc.) qu'ils ne comprennent même pas qu'on leur parle de liberté spirituelle, et n'admettent pas qu'on ose leur parler de choix personnel vis-à-vis des « piliers » de l'islam. Tout cela constitue pour eux une « ligne rouge », quelque chose de trop sacré pour qu'ils osent donner à leur propre conscience le droit de le remettre en question ! Et il y a tant de ces familles, tant de ces sociétés musulmanes où cette confusion entre spiritualité et servitude est incrustée dans les esprits dès leur plus jeune âge, et où l'éducation spirituelle est d'une telle pauvreté que tout ce qui concerne de près ou de loin la religion reste ainsi quelque chose qui ne se discute pas!

Or cela, de toute évidence, n'est pas imposé par le terrorisme de quelques fous, par quelques troupes de fanatiques embarqués par l'État islamique. Non, ce problème-là est infiniment plus profond et infiniment plus vaste ! Mais qui le verra et le dira ? Qui veut l'entendre ? Silence là-dessus dans le monde musulman, et dans les médias occidentaux on n'entend plus que tous ces spécialistes du terrorisme qui aggravent jour après jour la myopie générale ! Il ne faut donc pas que tu t'illusionnes, ô mon ami, en croyant et en faisant croire que quand on en aura fini avec le terrorisme islamiste l'islam aura réglé ses problèmes ! Car tout ce que je viens d'évoquer - une religion tyrannique, dogmatique, littéraliste, formaliste, machiste, conservatrice, régressive - est trop souvent, pas toujours, mais trop souvent, l'islam ordinaire, l'islam quotidien, qui souffre et fait souffrir trop de consciences, l'islam de la tradition et du passé, l'islam déformé par tous ceux qui l'utilisent politiquement, l'islam qui finit encore et toujours par étouffer les Printemps arabes et la voix de toutes ses jeunesses qui demandent autre chose. Quand donc vas-tu faire enfin ta vraie révolution ? Cette révolution qui dans les sociétés et les consciences fera rimer définitivement religion et liberté, cette révolution sans retour qui prendra acte que la religion est devenue un fait social parmi d'autres partout dans le monde, et que ses droits exorbitants n'ont plus aucune légitimité !

Bien sûr, dans ton immense territoire, il y a des îlots de liberté spirituelle : des familles qui transmettent un islam de tolérance, de choix personnel, d'approfondissement spirituel ; des milieux sociaux où la cage de la prison religieuse s'est ouverte ou entrouverte ; des lieux où l'islam donne encore le meilleur de lui-même, c'est-à-dire une culture du partage, de l'honneur, de la recherche du savoir, et une spiritualité en quête de ce lieu sacré où l'être humain et la réalité ultime qu'on appelle Allâh se rencontrent. Il y a en Terre d'islam et partout dans les communautés musulmanes du monde des consciences fortes et libres, mais elles restent condamnées à vivre leur liberté sans assurance, sans reconnaissance d'un véritable droit, à leurs risques et périls face au contrôle communautaire ou bien même parfois face à la police religieuse. Jamais pour l'instant le droit de dire « Je choisis mon islam », « J'ai mon propre rapport à l'islam » n'a été reconnu par « l'islam officiel » des dignitaires. Ceux-là au contraire s'acharnent à imposer que « La doctrine de l'islam est unique » et que « L'obéissance aux piliers de l'islam est la seule voie droite » (sirâtou-l-moustaqîm).

Ce refus du droit à la liberté vis-à-vis de la religion est l'une de ces racines du mal dont tu souffres, ô mon cher monde musulman, l'un de ces ventres obscurs où grandissent les monstres que tu fais bondir depuis quelques années au visage effrayé du monde entier. Car cette religion de fer impose à tes sociétés tout entières une violence insoutenable. Elle enferme toujours trop de tes filles et tous tes fils dans la cage d'un Bien et d'un Mal, d'un licite (halâl) et d'un illicite (harâm) que personne ne choisit, mais que tout le monde subit. Elle emprisonne les volontés, elle conditionne les esprits, elle empêche ou entrave tout choix de vie personnel. Dans trop de tes contrées, tu associes encore la religion et la violence - contre les femmes, contre les « mauvais croyants », contre les minorités chrétiennes ou autres, contre les penseurs et les esprits libres, contre les rebelles - de telle sorte que cette religion et cette violence finissent par se confondre, chez les plus déséquilibrés et les plus fragiles de tes fils, dans la monstruosité du jihad !

Alors, ne t'étonne donc pas, ne fais plus semblant de t'étonner, je t'en prie, que des démons tels que le soi-disant État islamique t'aient pris ton visage ! Car les monstres et les démons ne volent que les visages qui sont déjà déformés par trop de grimaces ! Et si tu veux savoir comment ne plus enfanter de tels monstres, je vais te le dire. C'est simple et très difficile à la fois. Il faut que tu commences par réformer toute l'éducation que tu donnes à tes enfants, que tu réformes chacune de tes écoles, chacun de tes lieux de savoir et de pouvoir. Que tu les réformes pour les diriger selon des principes universels (même si tu n'es pas le seul à les transgresser ou à persister dans leur ignorance) : la liberté de conscience, la démocratie, la tolérance et le droit de cité pour toute la diversité des visions du monde et des croyances, l'égalité des sexes et l'émancipation des femmes de toute tutelle masculine, la réflexion et la culture critique du religieux dans les universités, la littérature, les médias. Tu ne peux plus reculer, tu ne peux plus faire moins que tout cela ! Tu ne peux plus faire moins que ta révolution spirituelle la plus complète ! C'est le seul moyen pour toi de ne plus enfanter de tels monstres, et si tu ne le fais pas tu seras bientôt dévasté par leur puissance de destruction. Quand tu auras mené à bien cette tâche colossale - au lieu de te réfugier encore et toujours dans la mauvaise foi et l'aveuglement volontaire, alors plus aucun monstre abject ne pourra plus venir te voler ton visage.

Cher monde musulman... Je ne suis qu'un philosophe, et comme d'habitude certains diront que le philosophe est un hérétique. Je ne cherche pourtant qu'à faire resplendir à nouveau la lumière - c'est le nom que tu m'as donné qui me le commande, Abdennour, « Serviteur de la Lumière ».

Je n'aurais pas été si sévère dans cette lettre si je ne croyais pas en toi. Comme on dit en français: «Qui aime bien châtie bien». Et au contraire tous ceux qui aujourd'hui ne sont pas assez sévères avec toi - qui te trouvent toujours des excuses, qui veulent faire de toi une victime, ou qui ne voient pas ta responsabilité dans ce qui t'arrive - tous ceux-là en réalité ne te rendent pas service ! Je crois en toi, je crois en ta contribution à faire demain de notre planète un univers à la fois plus humain et plus spirituel ! Salâm, que la paix soit sur toi.
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Ven 23 Jan - 01:45 (2015)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Framboise
Conseil des Anciens
Conseil des Anciens

Hors ligne

Inscrit le: 20 Avr 2011
Messages: 870
Localisation: France - Lorraine
Féminin Cancer (21juin-23juil) 羊 Chèvre

MessagePosté le: Ven 23 Jan - 23:59 (2015)    Sujet du message: Je ne suis pas Charlie Répondre en citant

suite à la une de Charlie,  un article que je trouve intéressant: (nouvel obs ;http://tempsreel.nouvelobs.com/charlie-hebdo/20150114.OBS9930/tout-est-pardonne-cet-acte-ouvre-la-possibilite-de-parler.html )


Le "numéro des survivants" de "Charlie Hebdo", et épuisé dans tous les points de vente dès 10 heures, titre "Tout est pardonné". La formule prend place au dessus du dessin du prophète en larmes, tenant une pancarte "Je suis Charlie". Philosophe et professeur à la Faculté de théologie protestante de Montpellier, Olivier Abel décrypte pour "l'Obs" la notion de pardon. Interview.


"Tout est pardonné", qu'est-ce que ce titre évoque pour vous ?
- Il existe des conditions morales au pardon : que le coupable se soit repenti, que celui qui donne le pardon soit celui qui a subi le tort, les proches, les familles... Ce titre ne correspond donc pas aux conditions du pardon.
Mais l'idée d'un pardon immoral me semble très intéressante. Elle déplace la question vers un pardon stratégique, comme lorsque Martin Luther King dit "God bless you" à celui qui lui jette une pierre. Il n'exprime pas l'amour de l'ennemi mais invite l'opinion publique à se "déplacer". De plus, la formule s'adresse indirectement à des religieux, donc à ceux-là mêmes qui seraient supposés demander pardon ou pardonner. C'est extrêmement adroit.
Le pardon n'a-t-il pas d'abord une connotation religieuse ?
- C'est pour cela que j'y vois d'abord de l'ironie et de la stratégie. Ça déplace l'accent : où sont les vrais religieux, où sont ceux qui pratiquent l'amour du prochain, la charité, le pardon, l'humilité ? Il y a un message de ce genre. Cette démarche est très forte : il faut garder son ambiguïté.
Vous dites aussi que l'opinion publique se trouve impliquée par cette couverture...
- Par ce pardon ironique, elle prend l'opinion publique à témoin : cette formule dit la moquerie, mais elle autorise aussi l'opinion publique à rentrer dans un processus de fraternité. Elle fait bouger tout le monde.
On n'y trouve donc rien du pardon dit moral ?
- Le pardon, ça demande du temps, le temps du travail de deuil, du travail de la mémoire. Puis le temps du travail de la justice, qui vient avant le pardon "normal". La une de "Charlie Hebdo", ici, court-circuite toute justice. "Tout est pardonné" est un geste aussi primitif que la vengeance : la justice n'a rien à voir là-dedans, c'est notre affaire. En tout cas, dire immédiatement après l'attaque que "tout est pardonné" va absolument contre le langage du pardon ordinaire. C'est plutôt métaphorique. Ou caricatural, ironique, stratégique.
Vous parlez aussi de comique ?
- La couverture de "Charlie" touche le comique de l'ironie mais aussi le comique dans lequel on s'intègre soi-même. On se fait soi-même petit. C'est très important : le pardon dit qu'on cesse d'augmenter. Augmenter, c'est aller vers le tragique, la guerre. Diminuer, c'est aller vers un état de paix, accepter qu'on est petit. Ce pardon n'est pas la grande réconciliation mais dit simplement : "Tout ça, c'est que des conneries".
Après le pardon, il existe toujours autant de conflits qu'avant. Simplement, ils se trouvent diminués, ramenés à une mesure impliquant qu'il va falloir désormais faire avec. La limite du comique est lorsqu'il prétend avoir le dernier mot à tout point de vue. Cela rompt la communication. Il n'y a plus de monde commun.
Ce titre n'est-il pas aussi un acte ?
- Il s'agit d'une parole scandaleuse, avec ce que le scandale peut avoir de positif, de rupture avec le silence. Le scandale a une fonction vitale, il oblige une société à sortir de sa complaisance. Une parole corrosive mais salubre. Il ne faut pas que le silence se repose. Cet acte ouvre la possibilité de parler. Ce n'est pas un dernier mot.
Ni une manière de faire taire les autres. Car il faut préciser que le pardon, dans une certaine culture chrétienne, peut être équivoque : il exprime parfois un peu trop vite "on est réconcilié donc taisez-vous". Le danger serait de prendre cette parole comme "nous avons eu le dernier mot donc maintenant tout le monde se tait".
Existe-t-il un pardon collectif ?
- Est-ce que le crime collectif et le pardon collectif existent ? Est-ce que l'un et l'autre ne portent pas chaque fois sur des individus ? Hannah Arendt a beaucoup insisté sur le fait qu'il ne fallait pas laisser s'installer cette logique, qui autorise à dire qu'on est tous coupables que donc, personne n'est coupable. Il serait dangereux de se laisser aller à des massifications trop rapides.
En même temps, il existe bien une dimension politique, donc collective. L'attentat a touché des personnes, il a touché l'équipe d'un journal, il a touché un pays entier au niveau politique. D'où la dimension stratégique de cette parole. Le pardon moral, lui, penserait les choses de manière individuelle. Mais quand Willy Brandt s'agenouille pour demander pardon, c'est une démarche différente bien sûr, mais c'est une démarche politique, pas morale puisque lui-même n'était pas de ceux qui avaient commis ces crimes, au contraire. Il déplace sur lui une culpabilité qui n'est ni juridique, ni morale. C'est un très grand geste politique.
Propos recueillis par Louis Morice
_________________
la vie, c'est comme le vélo: si tu n'avances pas, tu tombes..
Revenir en haut
Teiwas
Modérateur
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 20 Avr 2011
Messages: 4 855
Localisation: Australia -Red Center
Féminin Sagittaire (22nov-21déc) 羊 Chèvre

MessagePosté le: Dim 25 Jan - 05:04 (2015)    Sujet du message: Je ne suis pas Charlie Répondre en citant

http://www.francetvinfo.fr/culture/spectacles/video-on-ne-peut-pas-rire-de-…
_________________
Il n’y a point de génie sans un grain de folie
Revenir en haut
Teiwas
Modérateur
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 20 Avr 2011
Messages: 4 855
Localisation: Australia -Red Center
Féminin Sagittaire (22nov-21déc) 羊 Chèvre

MessagePosté le: Dim 25 Jan - 05:17 (2015)    Sujet du message: Je ne suis pas Charlie Répondre en citant

http://www.francetvinfo.fr/monde/europe/auschwitz/ 
Citation:

 Je ne peux pardonner ces terrorists (Chanteuse)


Une rescapée d'Auschwitz adopte le petit-fils du chef du camp nazi Eva Mozes Kor, survivante de 80 ans, a décidé d'adopter le descendant de Rudolf Höss, commandant du camp d'extermination.
Rainer Höss et Eva Mozes Kor, le 1er octobre 2014, à Terre Haute (Indiana, Etats-Unis). ( YOUTUBE)
Par Francetv info


Mis à jour le 23/01/2015 | 19:42 , publié le 23/01/2015 | 19:18

Comme un symbole du pardon. Alors que le monde s'apprête à célébrer les 70 ans de la libération du camp d'Auschwitz-Birkenau, une des rescapés, Eva Mozes Kor, 80 ans, a décidé de devenir la grand-mère adoptive de Rainer Höss, le petit-fils du chef du camp, rapporte le magazine Vice (en anglais). 
Un geste d'autant plus fort lorsque l'on connaît le supplice qu'elle a subi. C'est en 1944 que cette juive roumaine est capturée par les nazis avec sa sœur jumelle. Elle a alors 10 ans et va subir les expériences médicales sadiques du docteur et criminel de guerre nazi Josef Mengele. "On a été traitées comme un morceau de viande", racontera-t-elle plus tard. Miraculeusement, la jeune fille sort vivante de cet enfer. 
Malgré les souffrances et le traumatisme, elle passe le reste de sa vie à "prêcher le pardon", rapporte cet article du Times of Isreal. En 1995, elle fonde le Musée et Centre éducatif de l’Holocauste Candles, à Terre Haute, dans l'Indiana, aux Etats-Unis, où elle vit actuellement. 
En froid avec une famille qui admire ce grand-père nazi
Rainer Höss a, quant à lui, été élevé dans une famille qui considère le grand-père nazi comme un héros. "A la maison, c'était une véritable dictature, nous ne pouvions pas être en désaccord", raconte-t-il au journal Dawn (en anglais), repéré par Europe 1.fr. L'homme a pourtant occupé l'un des premiers rôles dans le génocide. Ce SS, proche de Himmler, est le premier commandant du camp d'Auschwitz, où 1,1 million de personnes a trouvé la mort. C'est notamment lui qui développé les chambres à gaz et l'utilisation de Zyklon B. Pour ces crimes, Rudolf Höss a été exécuté en 1947.
Un passé trop dur à porter pour Rainer, qui coupe les ponts avec sa famille, et décide d'entrer en contact avec Eva Mozes Kor. Il lui envoie un mail en 2013, puis la rencontre en juillet 2014.
Touchée par cette démarche, elle accepte de devenir sa grand-mère adoptive. "Je suis fière d'être sa grand-mère", confie-t-elle à Vice. "Je l'admire et je l'aime. Il a besoin de recevoir l'amour d'une famille, celle qu'il n'a jamais eu." 


Un livre  sur le thème du "pardon" sur  les possibilitéss et limites du Pardon :  vous êtes prisonnier dans un camp de concentration ,et un soldat Nawi, mourant, vous demande de le pardonner...que feriez-vous  Simon Wiesenthal
 En juin 1942, à Lemberg, dans d'étranges circonstances, un jeune SS à l'agonie m'a confessé ses crimes pour, m'a-t-il dit, mourir en paix après avoir obtenu d'un Juif le pardon. J'ai cru devoir lui refuser cette grâce. Obsédé pae cette histoire, j'ai décidé de la raconter et à la fin de mon livre, je pose la question qui, aujourd'hui encore, en raison de sa portée politique, philosophique ou religieuse, mérite réponse : ai-je eu raison ou ai-je eu tort ? " C'est en ces termes que Simon Wiesenthal, né en Pologne en 1908, raconte la genèse de ce recit d'une sobriété et d'une intensité bouleversantes. Connu sous le nom de " chasseur de nazis ", il n'a eu de cesse, dès la fin de la Seconde Guerre mondiale, de traquer les responsables de la " solution finale " - dont Adolf Eichmann - afin de les livrer à la justice. Dans cette nouvelle édition des Fleurs de soleil, douze personnalités venues de tous horizons ont accepté de se confronter à la question, toujours aussi actuelle, toujours aussi terrible, que se posait Simon Wiesenthal : devait-il pardonner l'impardonnable
_________________
Il n’y a point de génie sans un grain de folie
Revenir en haut
Ataraxia
Conseil des Anciens
Conseil des Anciens

Hors ligne

Inscrit le: 21 Jan 2012
Messages: 1 565
Féminin Poissons (20fev-20mar) 狗 Chien

MessagePosté le: Dim 25 Jan - 13:00 (2015)    Sujet du message: Je ne suis pas Charlie Répondre en citant

j ai du mal avec le pardon , je pense que je suis de ceux qui ne peuvent pardonner , " l impardonnable"..
_________________
Tu ne peux pas espérer si tu ne cherches pas l’inespéré.Si tu n'espères pas l'inespéré, tu ne parviendras pas à le trouver : inexplorable, inaccessible est son chemin.


(héraclite
Revenir en haut
Teiwas
Modérateur
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 20 Avr 2011
Messages: 4 855
Localisation: Australia -Red Center
Féminin Sagittaire (22nov-21déc) 羊 Chèvre

MessagePosté le: Dim 25 Jan - 23:28 (2015)    Sujet du message: Je ne suis pas Charlie Répondre en citant

Chanteuse ce sert du texte d' Ésaïe 26: 20Va
Mais c'est l'Ancien Testament et le Nouveau nous dit:
Mathieu 5 : 43-48 "Vous avez appris qu'il a été dit: Tu aimeras ton prochain, et tu haïras ton ennemi. Mais moi, je vous dis: Aimez vos ennemis, bénissez ceux qui vous maudissent, faites du bien à ceux qui vous haïssent, et priez pour ceux qui vous maltraitent et qui vous persécutent, afin que vous soyez fils de votre Père qui est dans les cieux; car il fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons, et il fait pleuvoir sur les justes et sur les injustes. Si vous aimez ceux qui vous aiment, quelle récompense méritez-vous ? Les publicains aussi n'agissent-ils pas de même ? Et si vous saluez seulement vos frères, que faites-vous d'extraordinaire ? Les païens aussi n'agissent-ils pas de même ? Soyez donc parfaits, comme votre Père céleste est parfait."
 Etudier le texte http://www.rosee.org/rosee/page58.html
Personne ne peut ce dire croyant voire chrétien s'il ne sait pas pardonner =aimer kiss kiss kiss kiss kiss kiss

Revenons un peu à Isaie : il ne faut pas seulement prendre une phrase ou un paragraphe , mais l'ensemble qui parle du Jugement final donc l'Apocalypse, et de la colère de Dieu, car Lui seul a le droit de juger et de venger .Deutéronome 32:35 Romains 12:14-21
_________________
Il n’y a point de génie sans un grain de folie
Revenir en haut
Ataraxia
Conseil des Anciens
Conseil des Anciens

Hors ligne

Inscrit le: 21 Jan 2012
Messages: 1 565
Féminin Poissons (20fev-20mar) 狗 Chien

MessagePosté le: Lun 26 Jan - 00:50 (2015)    Sujet du message: Je ne suis pas Charlie Répondre en citant

Embarassed  je ne peux etre parfaite.....c est peut etre en contradiction , je ne pourais bénir ceux qui mon maudit , je leurs ferait tout de meme du bien  selon mes valeurs ma conscience de ce que je pense etre dans le bien, d etre juste, en effet si je ne peux pardonner c est que j aime plus , plus d amour que de l indifference  , depuis je suis dans cette acceptation , je suis en paix avec moi meme ....est ce  du hazard , c est ce qui ma torturé  ces dernier temps , de me remettre en question  car j ai eu un  jugement et   de ne pas pardonner , c est curieux j ai une impression que  c est un message pour moi ... amour  je suis hors sujet mais sa me touche énormement  , je pensais pas en revenant  que je serait confronté  a une bataille que je croyais derriere moi ... je vais méditer  clind  je suis toute chamboulé  Embarassed sortir
_________________
Tu ne peux pas espérer si tu ne cherches pas l’inespéré.Si tu n'espères pas l'inespéré, tu ne parviendras pas à le trouver : inexplorable, inaccessible est son chemin.


(héraclite
Revenir en haut
Teiwas
Modérateur
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 20 Avr 2011
Messages: 4 855
Localisation: Australia -Red Center
Féminin Sagittaire (22nov-21déc) 羊 Chèvre

MessagePosté le: Dim 1 Fév - 03:03 (2015)    Sujet du message: Je ne suis pas Charlie Répondre en citant

Je n'ai vu ni manifestation, ni marche de chefs d'états , ni de protestation
cry cry cry TOUTE LA COMMUNAUTÉ INTERNATIONALE ÉTOUFFE COMME-CI RIEN NE SE PASSAIT ... TERRIBLE !
_________________
Il n’y a point de génie sans un grain de folie
Revenir en haut
Framboise
Conseil des Anciens
Conseil des Anciens

Hors ligne

Inscrit le: 20 Avr 2011
Messages: 870
Localisation: France - Lorraine
Féminin Cancer (21juin-23juil) 羊 Chèvre

MessagePosté le: Lun 2 Fév - 01:24 (2015)    Sujet du message: Je ne suis pas Charlie Répondre en citant

dsl, je ne suis même pas au courant: pas écouter ni vu les infos depuis .. une semaine au moins donc je ne sais pas si c'est passé aux infos
ça s'est passé où?
images terribles.
mais.. la population du pays a-t-elle manifestée spontanément,  soutenue ensuite par les dirigeants invitant les autres chefs d'état à se rassembler à manisfester"pour la liberté d’expression"?

je ne sais pas pourquoi tu mets ces images dans "je ne suis pas Charlie"
oui, il y a des atrocités partout dans le monde
=> il pourrait y avoir tous les jours des manifs contre ça! il y a ça en Australie?
si tu veux que je change d'avatar  tu le dis
signé: charlotte
_________________
la vie, c'est comme le vélo: si tu n'avances pas, tu tombes..
Revenir en haut
Teiwas
Modérateur
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 20 Avr 2011
Messages: 4 855
Localisation: Australia -Red Center
Féminin Sagittaire (22nov-21déc) 羊 Chèvre

MessagePosté le: Lun 2 Fév - 03:14 (2015)    Sujet du message: Je ne suis pas Charlie Répondre en citant

Je mets dans je ne suis pas Charlie, car je ne veux pas commencer une autre discussion , mais pour montrer que les médias n'ont pas la liberté d'expression, car ils ne parlent que de ce que les gouvernements leur permettent, et que les gens ne réagissent que lorsqu'on leur demande.
 Non, je ne veux pas que tu change ton avatar, je me demande aussi pourquoi tu me poses la question amour Embarassed kiss
_________________
Il n’y a point de génie sans un grain de folie
Revenir en haut
Framboise
Conseil des Anciens
Conseil des Anciens

Hors ligne

Inscrit le: 20 Avr 2011
Messages: 870
Localisation: France - Lorraine
Féminin Cancer (21juin-23juil) 羊 Chèvre

MessagePosté le: Lun 2 Fév - 16:33 (2015)    Sujet du message: Je ne suis pas Charlie Répondre en citant

Teiwas a écrit:
Je mets dans je ne suis pas Charlie, car je ne veux pas commencer une autre discussion , mais pour montrer que les médias n'ont pas la liberté d'expression, car ils ne parlent que de ce que les gouvernements leur permettent, et que les gens ne réagissent que lorsqu'on leur demande.
 Non, je ne veux pas que tu change ton avatar, je me demande aussi pourquoi tu me poses la question amour Embarassed kiss
je pense
- juste que ce sont pas des photos "montrables" au journal télévisé car des enfants regardent les JT .. déjà qu'il y a bien des choses montrées aux JT qui devraient bien avoir le bandeau" les âmes sensibles peuvent être choquées".. faut-il en rajouter sur l'horreur?
- que les journalistes, suivant le journal pour lequel ils travaillent ne se sentent pas l'envie d'écrire sur tel ou tel sujet: c'est leur conscience et je ne répondrai pas à meur place
- je ne pense pas que les gouvernements fassent pression sur les journalistes..en "permettant" ou pas en tous cas, pas en France!  (je suis très naïve?)
pour l’avatar, c'était au cas où certains seraient choqués que je disent "je suis charlie" tirelangue
_________________
la vie, c'est comme le vélo: si tu n'avances pas, tu tombes..
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 10:34 (2016)    Sujet du message: Je ne suis pas Charlie

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    au-delà de notre essence. Index du Forum -> Au delà de notre essence.Further than our essence -> Sagesse-wisdom -> Le soleil vient de se lever - The sun has risen Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5
Page 5 sur 5

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com