On s'impatiente ? pas de panique dans quelques instants votre page s'affichera

au-delà de notre essence. :: LES DESTINÉES Alfred de Vigny
au-delà de notre essence.  Index du Forum

au-delà de notre essence.
Discussions de tout et de rien , selon les états d'âme et tout ce qui nous touche .Franco-anglais.Bienvenue à tous.Welcome to all.


LES DESTINÉES Alfred de Vigny

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    au-delà de notre essence. Index du Forum -> Au delà de notre essence.Further than our essence -> Poésie- poetry
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Teiwas
Modérateur
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 20 Avr 2011
Messages: 4 855
Localisation: Australia -Red Center
Féminin Sagittaire (22nov-21déc) 羊 Chèvre

MessagePosté le: Mer 18 Juin - 00:50 (2014)    Sujet du message: LES DESTINÉES Alfred de Vigny Répondre en citant

"C'était écrit."

Depuis le premier jour de la création,
Les pieds lourds et puissants de chaque Destinée
Pesaient sur chaque tête et sur toute action.

Chaque front se courbait et traçait sa journée,
Comme le front d'un boeuf creuse un sillon profond
Sans dépasser la pierre où sa ligne est bornée.

Ces froides Déités liaient le joug de plomb
Sur le crâne et les yeux des Hommes leurs esclaves,
Tous errant sans étoile en un désert sans fond;

Levant avec effort leurs pieds chargés d'entraves,
Suivant le doigt d'airain dans le cercle fatal,
Le doigt des Volontés inflexibles et graves.

Tristes Divinités du monde Oriental,
Femme au voile blanc, immuables statues,
Elles nous écrasaient de leur poids colossal.

Comme un vol de vautours sur le sol abattues,
Dans un ordre éternel, toujours en nombre égal
Aux têtes des mortels sur la terre épandues,

Elles avaient posé leur ongle sans pitié
Sur les cheveux dressés des races éperdues,
Traînant la femme en pleurs et l'homme humilié.

Un soir il arriva que l'antique planète
Secoua sa poussière. - Il se fit un grand cri:
"Le Sauveur est venu, voici le jeune athlète;

"Il a le front sanglant et le côté meurtri,
Mais la Fatalité meurt au pied du Prophète,
La Croix monte et s'étend sur nous comme un abri!"

Avant l'heure où, jadis, ces choses arrivèrent,
Tout homme était courbé, le front pâle et flétri;
Quand ce cri fut jeté, tous ils se relevèrent.

Détachant les noeuds lourds du joug de plomb du Sort,
Toutes les Nations à la fois s'écrièrent:
"O Seigneur! est-il vrai? le Destin est-il mort?"

Et l'on vit remonter vers le ciel, par volées,
Les filles du Destin, ouvrant avec effort
Leurs ongles qui pressaient nos races désolées;

Sous leur robe aux longs plis voilant leurs pieds d'airain,
Leur main inexorable et leur face inflexible;
Montant avec lenteur en innombrable essaim,

D'un vol inaperçu, sans ailes, insensible,
Comme apparaît au soir, vers l'horizon lointain,
D'un nuage orageux l'ascension paisible.

- Un soupir de bonheur sortit du coeur humain.
La terre frissonna dans son orbite immense,
Comme un cheval frémit délivré de son frein.

Tous les astres émus restèrent en silence,
Attendant avec l'Homme, en la même stupeur,
Le suprême décret de la Toute-Puissance,

Quand ces filles du Ciel, retournant au Seigneur,
Comme ayant retrouvé leurs régions natales,
Autour de Jéhovah se rangèrent en choeur,

D'un mouvement pareil levant leurs mains fatales,
Puis chantant d'une voix leur hymne de douleur
Et baissant à la fois leurs fronts calmes et pâles:

"Nous venons demander la Loi de l'avenir.
Nous sommes, ô Seigneur, les froides Destinées
Dont l'antique pouvoir ne devait point faillir.

"Nous roulions sous nos doigts les jours et les années.
Devons-nous vivre encore ou devons-nous finir,
Des Puissances du ciel, nous, les fortes aînées?

Vous détruisez d'un coup le grand piège du Sort
Où tombaient tour à tour les races consternées:
Faut-il combler la fosse et briser le ressort?

Ne mènerons-nous plus ce troupeau faible et morne,
Ces hommes d'un moment, ces condamnés à mort
Jusqu'au bout du chemin dont nous posions la borne?

Le moule de la vie était creusé par nous.
Toutes les Passions y répandaient leur lave,
Et les événements venaient s'y fondrent tous.

Sur les tables d'airain où notre loi se grave,
Vous effacez le nom de la Fatalité,
Vous déliez les pieds de l'Homme notre esclave.

Qui va porter le poids dont s'est épouvanté
Tout ce qui fut créé? ce poids sur la pensée,
Dont le nom est en bas: RESPONSABILITÉ?"

Il se fit un silence, et la Terre affaissée
S'arrêta comme fait la barque sans rameurs
Sur les flots orageux, dans la nuit balancée.

Une voix descendit, venant de ces hauteurs
Où s'engendrent sans fin les mondes dans l'espace;
Cette voix, de la terre emplit les profondeurs:

"Retournez en mon nom, Reines, je suis la Grâce.
L'Homme sera toujours un nageur incertain
Dans les ondes du temps qui se mesure et passe.

Vous toucherez son front, ô filles du Destin.
Son bras ouvrira l'eau, qu'elle soit haute ou basse,
Voulant trouver sa place et deviner sa fin.

Il sera plus heureux, se croyant maître et libre
En luttant contre vous dans un combat mauvais
Où moi seule, d'en haut, je tiendrai l'équilibre.

De moi naîtra son souffle et sa force à jamais.
Son mérite est le mien, sa loi perpétuelle:
Faire ce que je veux pour venir OÙ JE SAIS."

Et le choeur descendit vers sa proie éternelle
Afin d'y ressaisir sa domination
Sur la race timide, incomplète et rebelle.

On entendit venir la sombre Légion
Et retomber les pieds des femmes inflexibles,
Comme sur nos caveaux tombe un cercueil de plomb.

Chacune prit chaque homme en ses mains invisibles;
Mais plus forte à présent, dans ce sombre duel,
Notre âme en deuil combat ces Esprits impassibles.

Nous soulevons parfois leur doigt faux et cruel.
La Volonté transporte à des hauteurs sublimes
Notre front éclairé par un rayon du ciel.

Cependant sur nos caps, sur nos rocs, sur nos cimes,
Leur doigt rude et fatal se pose devant nous
Et, d'un coup, nous renverse au fond des noirs abîmes.

Oh! dans quel désespoir nous sommes encor tous!
Vous avez élargi le COLLIER qui nous lie,
Mais qui donc tient la chaîne? - Ah! Dieu Juste, est-ce vous?

Arbitre libre et fier des actes de sa vie,
Si notre coeur s'entr'ouvre au parfum des vertus,
S'il s'embrase à l'amour, s'il s'élève au génie,

Que l'ombre des Destins, Seigneur, n'oppose plus
A nos belles ardeurs une immuable entrave,
A nos efforts sans fin des coups inattendus!

O sujet d'épouvante à troubler le plus brave!
Question sans réponse où vos Saints se sont tus!
O Mystère! ô tourment de l'âme forte et grave!

Notre mot éternel est-il: C'ÉTAIT ÉCRIT?
- SUR LE LIVRE DE DIEU, dit l'Orient esclave;
Et L'Occident répond: - SUR LE LIVRE DU CHRIST.

Écrit au Maine-Giraud (Charente), 27 août 1849.

_________________
Il n’y a point de génie sans un grain de folie
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 18 Juin - 00:50 (2014)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Roze
Conseil des Anciens
Conseil des Anciens

Hors ligne

Inscrit le: 20 Avr 2011
Messages: 639

MessagePosté le: Mer 9 Juil - 05:23 (2014)    Sujet du message: LES DESTINÉES Alfred de Vigny Répondre en citant

Téiwas, tu pourrais nous dire ce que tu y as vu dans ce poème, j'ai bien de la difficulté à le lire au complet, sans avoir mal qque part...hihi!
Et je voudrais bien l'apprécier à sa juste valeur, voilà!
Revenir en haut
Teiwas
Modérateur
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 20 Avr 2011
Messages: 4 855
Localisation: Australia -Red Center
Féminin Sagittaire (22nov-21déc) 羊 Chèvre

MessagePosté le: Mer 9 Juil - 09:19 (2014)    Sujet du message: LES DESTINÉES Alfred de Vigny Répondre en citant

Voic donc mes ressentis:
Les lois du Destin étaient écrites de toute éternité dans un lieu où les dieux pouvaient les consulter. Les Destinées, filles de la nuit, appelées Moires par les Grec (Clotho (fileuse), Lachésis (Sort) et Atropos (Immuable)) et Parques par les Romains (Nona, Decima et Morta).Imperturbables et aveugles, elles déterminaient l'heure du début et l'heure de la fin. Elles étaient le destin constituant l'histoire de chaque jour .
Alfred de Vigny pose le problème de la condition humaine avec son fardeau de misère, est-elle inéluctablement soumise à une fatalité qui interdit toute espérance et rend vain nos efforts ?ce poème philosophique traite la question toujours posée par l'homme :est-ce écrit? Fatalité ou Grace?

Je l'ai coupé en 5 parties selon ce que je vois Bien entendu je n'ai pas recopié le tout amour

C'était écrit."
I Fatalité
Depuis le premier jour de la création,……………………………………..Traînant la f emme en pleurs et l'homme humilié.

II Espoir
Un soir il arriva que l'antique planète
Secoua sa poussière………… "O Seigneur! est-il vrai? le Destin est-il mort?"
Attendant avec l'Homme, en la même stupeur,
Le suprême décret de la Toute-Puissance,

III Avec l’Espoir et la disparition de la Fatalité nait la Responsabilité (la Loi de l’Avenir)
Quand ces filles du Ciel, retournant au Seigneur…….ce poids sur la pensée,
Dont le nom est en bas: RESPONSABILITÉ?"

IV Nouvelle mission des Destinées envoyées par la Grace
Il se fit un silence, et la Terre affaissée............
Vous toucherez son front, ô filles du Destin.
Son bras ouvrira l'eau, qu'elle soit haute ou basse,
Voulant trouver sa place et deviner sa fin.
Il sera plus heureux, se croyant maître et libre
En luttant contre vous dans un combat mauvais
Où moi seule, d'en haut, je tiendrai l'équilibre.
Chacune prit chaque homme en ses mains invisibles;
Mais plus forte à présent, dans ce sombre duel,

V Conclusion : rien n’a vraiment changé kiss

Notre âme en deuil combat ces Esprits impassibles.
Notre mot éternel est-il: C'ÉTAIT ÉCRIT?
- SUR LE LIVRE DE DIEU, dit l'Orient esclave;
Et L'Occident répond: - SUR LE LIVRE DU CHRIST.
_________________
Il n’y a point de génie sans un grain de folie
Revenir en haut
Roze
Conseil des Anciens
Conseil des Anciens

Hors ligne

Inscrit le: 20 Avr 2011
Messages: 639

MessagePosté le: Jeu 10 Juil - 01:14 (2014)    Sujet du message: LES DESTINÉES Alfred de Vigny Répondre en citant

''ce poème philosophique traite la question toujours posée par l'homme :est-ce écrit? Fatalité ou Grace?
 ''



Bah..voilà, ce que j'ai retenu.
Question de perception à ce que je vois. Y a sûrement les 2 à ce moment là.
La souffrance y est très présente tout au long de cette lecture...ohh ...misère de misère, quand cesseras-tu d'être misère... Idea


puzzled


Comment fais-tu pour lire ceci sans déprimé ? hihi




merci  pour tes ressentis, j'apprécie!














Revenir en haut
Teiwas
Modérateur
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 20 Avr 2011
Messages: 4 855
Localisation: Australia -Red Center
Féminin Sagittaire (22nov-21déc) 羊 Chèvre

MessagePosté le: Jeu 10 Juil - 02:07 (2014)    Sujet du message: LES DESTINÉES Alfred de Vigny Répondre en citant

Il ne me déprime pas car je suis stoique pessimiste non romantique danse Vigny était un romantique stoique pessimiste Mr. Green
Citation:
« Hélas! ai-je pensé, malgré ce grand nom d'Hommes,/ 
Que j'ai honte de nous , débiles que nous sommes!
/ Comment on doit quitter la vie et tous ses maux,
/ C'est vous qui le savez sublimes animaux./ A voir ce que l'on fut sur terre et ce qu'on laisse/ Seul le silence est grand; tout le reste est faiblesse.
/ -Ah! je t'ai bien compris, sauvage voyageur,/ Et ton dernier regard m'est allé jusqu'au coeur.
 / Il disait: " Si tu peux, fais que ton âme arrive,
/ A force de rester studieuse et pensive,
/ Jusqu'à ce haut degré de stoïque fierté
/ Où, naissant dans les bois, j'ai tout d'abord monté.
/ Gémir, pleurer prier est également lâche.
/ Fais énergiquement ta longue et lourde tâche
/ Dans la voie où le sort a voulu t'appeler,
/ Puis, après, comme moi, souffre et meurs sans parler."
Tant qu'il y a de la vie il y a de l'espoir et le fait que de toujours l'homme s'est posé les mêmes questions m'aide à penser que la fin de l'humanité n'est pas pour demain
_________________
Il n’y a point de génie sans un grain de folie
Revenir en haut
Roze
Conseil des Anciens
Conseil des Anciens

Hors ligne

Inscrit le: 20 Avr 2011
Messages: 639

MessagePosté le: Ven 11 Juil - 07:57 (2014)    Sujet du message: LES DESTINÉES Alfred de Vigny Répondre en citant

cry scream sick
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 08:02 (2016)    Sujet du message: LES DESTINÉES Alfred de Vigny

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    au-delà de notre essence. Index du Forum -> Au delà de notre essence.Further than our essence -> Poésie- poetry Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com