On s'impatiente ? pas de panique dans quelques instants votre page s'affichera

au-delà de notre essence. :: On en parle partout
au-delà de notre essence.  Index du Forum

au-delà de notre essence.
Discussions de tout et de rien , selon les états d'âme et tout ce qui nous touche .Franco-anglais.Bienvenue à tous.Welcome to all.


On en parle partout

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    au-delà de notre essence. Index du Forum -> Notre quotidien- Everyday life -> Astuces - Tricks -> Bon Appétit !
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Teiwas
Modérateur
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 20 Avr 2011
Messages: 4 855
Localisation: Australia -Red Center
Féminin Sagittaire (22nov-21déc) 羊 Chèvre

MessagePosté le: Dim 19 Mai - 13:13 (2013)    Sujet du message: On en parle partout Répondre en citant

Considérée comme une exception dans la culture Européenne, la consommation d’insectes se révèle être la règle dans de nombreuses régions du monde. En effet, la viande étant trop peu disponible dans certaines parties du globe, la consommation d’insectes s’est imposée naturellement comme une alternative efficace. Mais pourquoi nous Européens devrions-nous nous manger des insectes et donc modifier nos habitudes alimentaires alors que nous disposons de source de viandes abondantes ? La question mérite d’être posée. Vous trouverez par la suite de nombreux d’éléments sur le thème de l’entomophagie qui permettront à chacun de se forger sa propre opinion sur ce sujet.
http://www.mangeons-des-insectes.com/pourquoi-manger-des-insectes
1. Des aliments riches en proteines
2. Une solution pour nourrir 9 milliards d’individus d’ici 2050
3. Un élevage avec un faible impact environnemental
4. Une source plus sure de nourriture
5. Un taux de conversion inégalé
6. Une alternative aux productions animales intensives
7. Participe au maintien de la biodiversité
8. Une variété de gouts et de formes
9. Une pratique ancestrale

1. Des aliments riches en protéines
Les protéines sont à la base du fonctionnement du corps. D’après des études scientifiques, le taux de protéines des insectes comestibles est supérieur à celui des végétaux ainsi qu’à celui des viandes, œufs et volailles vendus dans le commerce. Il peut atteindre 75% sur extrait sec. De plus, certains insectes comme les grillons ou les criquets ne contiennent que 2,2% de matières grasses.


2. Une solution pour nourrir 9 milliards d’individus d’ici 2050
Si manger des insectes se pose aujourd’hui en tant que question, il se pourrait que cette question devienne une évidence et une nécessité dans les décennies à venir. Nous serons 9 milliards sur terre en 2050. Pour satisfaire les besoins, la production mondiale de viande va devoir doubler. Cependant, les surfaces agricoles ne seront pas suffisantes pour assurer une telle production. La production et la consommation d’insectes se révèlent être une solution 100 % naturelle pour répondre à ce défi.


3. Un élevage avec un faible impact environnemental

La production de gaz à effet de serre est considérée comme une cause prédominante du changement climatique. Les gaz à effet de serre les plus importants sont le dioxyde de carbone (C02), le méthane (CH4) et l’oxyde nitreux (N2O). Les élevages traditionnels pour la production de viande contribuent fortement aux émissions anthropogéniques de ces gaz. Ces élevages produisent aussi une grande quantité d’ammoniac (NH3) responsable de l’acidification et de la nitrification des sols.
Les chercheurs de l’Université de Wageningen (Pays-Bas) ont récemment montré que l’élevage d’insectes comestibles comme les criquets, les grillons et les vers de farine produisait beaucoup moins de gaz polluants comme le méthane et l’oxyde de nitrate que les élevages porcins et bovins. Produire un kilo de vers de farine entraine l’émission de 10 à 100 fois moins de gaz à effet de serre que produire un kilo de viande de porc. A poids égal, le cochon produit 8 à 12 fois plus d’ammoniac que les criquets et jusqu’à 50 fois plus que les sauterelles. L’élevage d’insectes est ainsi une alternative pour la production de protéine animale à faible impact environnemental.


4. Une source plus sure de nourriture
Le Dr. Dicke est entomologiste à l’Université de Wageningen aux Pays-Bas et étudie avec son équipe les insectes en tant que source de nourriture pour l’Homme. Selon lui, une des raisons majeures de consommer des insectes serait que les insectes en tant qu’aliments transmettraient moins de maladies vers l’Homme comparé aux sources de viande traditionnelle. La raison ? Les animaux traditionnels que nous consommons sont beaucoup plus proches des humains dans l’arbre de l’évolution que les insectes. Les humains et les animaux d’élevages traditionnels ont beaucoup de maladies communes. Ainsi, de nombreuses maladies qu’on retrouve chez les animaux traditionnels peuvent se développer en mutant chez l’Homme. Les récentes grippes aviaires et porcines en sont un parfait exemple.


5. Un taux de conversion inégalé

Les animaux ne transforment pas toute la nourriture qu’ils ingèrent pour grossir et se développer. Une partie est notamment utilisée par les animaux pour se chauffer. Les insectes ne produisant pas de chaleur, la majorité de ce qu’ils ingèrent est dédiée à la croissance. En effet, avec 10 kg d’aliments, vous produisez 1 kg de viande bovine, 3 kg de viande porcine, 5 kg de volaille et 9 kg d’insecte. Ainsi, produire de grosses quantités de protéines nécessite moins de produits agricoles.


6. Une alternative aux productions animales intensives
Beaucoup d’élevages porcins, bovins et de volailles pratiquent l’élevage intensif pour augmenter le rendement et répondre à la demande. 80 % des poules soit 36 millions d’individus sont élevées de cette manière. Cette pratique se traduit notamment par une forte densité d’animaux et un environnement très différent du milieu naturel des animaux. Les élevages en batteries confinent les animaux dans des cages et l’espace disponible est réduit au minimum vital.
La forte promiscuité des individus engendre plusieurs types de problème. Des maladies apparaissent fréquemment et entrainent l’utilisation massive d’antibiotiques et d’anxiolytiques. Certains animaux comme les poules peuvent développer des anomalies du comportement (excès d’agressivité,..). Avec l’élevage, le transport et l’abattage des animaux peuvent aussi être sources de problèmes dans certains cas. Le transport peut engendrer des blessures comme des fractures chez les poules.


7. Participe au maintien de la biodiversité
Plusieurs études scientifiques ont permis de mettre en évidence des liens entre l’entomophagie et le maintien de la biodiversité. Au Malawi, la consommation et la récolte contrôlée d’une espèce de chenille ont permis la sauvegarde de leur arbre hôte et ainsi la préservation de la chenille.
Même si les élevages d’insectes à des fins alimentaires ont tendance à se développer, une grande majorité des espèces d’insectes consommées en Asie ou en Afrique provient de prélèvements en milieux naturels. Non contrôlés, ces prélèvements peuvent mettre en danger les espèces. L’élevage permet de réduire les prélèvements en milieu naturel par un approvisionnement fiable en insectes comestibles. L’élevage peut aussi réduire la pollution organique en recyclant les déchets agricoles et forestiers dans de l’alimentation de haute qualité.


8. Une variété de gouts et de formes

On compte aujourd’hui près de 1400 espèces d’insectes consommées par l’être humain. La liste peut être consultée via ce lien. Beaucoup de ces insectes comestibles sont des insectes familiers que l’on côtoie depuis toujours. Fourmis, termites, grillons, criquets, chenilles et sauterelles sont par exemple des mets de choix dans de nombreux pays. Les insectes peuvent être déclinés à toutes les sauces : vivant, nature, frits ou bouillies, caramélisés, seuls ou accompagnés. On leur associe des gouts très diversifiés, allant de la noix pour les vers de farine au gorgonzola pour les nèpes. Dans le nord-est de la Thaïlande, une étude révèle que 75% des personnes interrogées invoque le gout comme principales raisons de manger des insectes.
De la fourmi minuscule à la punaise d’eau géante, la taille et la forme des insectes comestibles est d’une richesse incomparable. Seule l’imagination peut limiter les combinaisons de gout et de formes qui peuvent être créées. Ingrédients dans de nombreux plats, les insectes comestibles se retrouvent comme condiments, en apéritifs, en plats principaux ou en dessert. Dans l’ile de Bornéo, des fourmis sont mélangés avec du chili et du sel pour être utilisées comme condiments de certains plats.


9. Une pratique ancestrale
La consommation d’insectes comestibles ne constitue pas une pratique nouvelle en Europe. On trouve en effet des traces de cette pratique depuis l’Antiquité. Le philosophe grec Aristote (384-322 avant J.C.) faisait déjà l’éloge des nymphes de cigales en les décrivant comme ayant une saveur exquise. Les romains quant à eux se délectaient des larves de scarabées. La bible et le Coran mentionne la consommation d’insectes. Au 18ème siècle, on prêtait à la consommation de certains insectes des vertus médicinales.

____________________________________________________________________________________________________________________
1. Des aliments riches en proteines et pauvres en graisses (saturées) // Source : Chen and Feng 1999; Yang 1998; Hu 1996; DeFoliart 1992; Mitsuhashi 1992; Comby 1990; Ramos-Elorduy and Pino 1989.
2. Des qualités nutritionnelles importantes // Source : FAO Edible forests insects : The nutritional value of fourteen species of edible insects in southwestern Nigeria. Banjo,, A.D., Lawal, O.. A..* and SONGONUGA,, E.. A..Department of Biological Sciences, Olabisi Onabanjo University, P.M.B. 2002, Ago-Iwoye, Nigeria. African Journal of Biotechnology Vol. 5 (3), pp. 298-301, 2 February 2006.
4. Un élevage avec un faible impact environnemental // Source : Oonincx et al., 2010.
8. Participe au maintien de la biodiversité // Source : Munthali et Mughogho, 1992 ; DeFoliart, 1997 ; Hardouin, 2003.
9. Une variété de gouts et de formes // Source : Hanboosong et al., 2000.


obstacle to worldwide insect-eating. Collapsing wild bee populations and evidence of declines in other insect numbers
_________________
Il n’y a point de génie sans un grain de folie
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 19 Mai - 13:13 (2013)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Teiwas
Modérateur
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 20 Avr 2011
Messages: 4 855
Localisation: Australia -Red Center
Féminin Sagittaire (22nov-21déc) 羊 Chèvre

MessagePosté le: Dim 19 Mai - 13:16 (2013)    Sujet du message: On en parle partout Répondre en citant

The United Nations says the world’s huge insect population could be turned into a food supply to help fight world hunger. So James Al-Mudallal got first hand experience of what it is like to gobble down worms, crickets and the odd scorpion.
http://www.walesonline.co.uk/news/wales-news/united-nations-plan-solve-worl…
It could have been a publicity stunt orchestrated by survival expert Bear Grylls.
The UN has urged people to eat more insects in a bid to help solve world hunger, saying the creepy crawlies can help boost nutrition and reduce pollution.
Noting that two billion people worldwide already supplement their diets with insects, the UN says the world needs to think again about what is and isn’t edible.
But, the question is: can bugs make for a pleasant dinner?
Keen to do our bit, we got our hands on a selection of bugs and asked Cardiff restaurant The Meating Place and head chef Eric Field to rustle up a six-legged feast.
The end result was a four course dinner made up of cricket sushi, assorted insect salad, worm-aroni pizza and a scorpion filled eton mess for dessert.
While Eric worked away in the kitchen, I asked him if he ever saw entomophagy – a fancy word for eating insects – catching on in restaurants like his own.
He said: “I think potentially yes. Africa does it. People are starting to introduce squirrels. It’s high in protein – higher than meat.
“It’s about presentation and using ingredients to try and make them more appetising. If someone puts a bug in front of me I’m not going to eat it. But put it in some sushi or a nice salad I don’t see why not.”
_________________
Il n’y a point de génie sans un grain de folie
Revenir en haut
Madarion-2
Conseil des Anciens
Conseil des Anciens

Hors ligne

Inscrit le: 20 Avr 2011
Messages: 1 527
Localisation: Perpignan - France
Raison de l'inscription: Spiritualité
Masculin Poissons (20fev-20mar) 虎 Tigre

MessagePosté le: Dim 19 Mai - 16:28 (2013)    Sujet du message: On en parle partout Répondre en citant

ont peut aussi moins manger !?
_________________
-==|==-
Revenir en haut
Raphaël
Conseil des Anciens
Conseil des Anciens

Hors ligne

Inscrit le: 20 Avr 2011
Messages: 528
Localisation: Centre
Masculin Bélier (21mar-19avr) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Dim 19 Mai - 19:21 (2013)    Sujet du message: On en parle partout Répondre en citant

j'ai déjà commandé des fourmis, des grillons et des sauterelles
sur http://www.insectescomestibles.fr ;

"malheureusement", les insectes sont frits et déshydratés,
du coup, ils n'ont quasiment pas de goût.
c'est juste croustillant, salé, et "exotico-snob"...

cela dit, c'est un bon point de départ pour les curieux-peureux !

je regrette de ne pas avoir eu l'occasion de goûter les "honey ants" et les "witchetty grubs" des aborigènes


mais je songe à aller ramasser mes sauterelles et grillons sauvages cet été...
chez nous, les fourmis sont beaucoup trop petites !


cook
_________________
Cultiver son jardin
Revenir en haut
Teiwas
Modérateur
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 20 Avr 2011
Messages: 4 855
Localisation: Australia -Red Center
Féminin Sagittaire (22nov-21déc) 羊 Chèvre

MessagePosté le: Lun 20 Mai - 05:02 (2013)    Sujet du message: On en parle partout Répondre en citant

Raphaël a écrit:
je regrette de ne pas avoir eu l'occasion de goûter les "honey ants" et les "witchetty grubs" des aborigènes




cook

clind
Cela t'obligera à revenir, car il faut beaucoup de temps avant d'être accepté par les Aborigènes siffle  On ne mange pas la fourmi, seulement le miel
 Les witchetty grubs grillées ont un goût de noisette.
Crues il vaut mieux les avaler entières après les avoir tuées en croquant la tête danse
 
_________________
Il n’y a point de génie sans un grain de folie
Revenir en haut
Raphaël
Conseil des Anciens
Conseil des Anciens

Hors ligne

Inscrit le: 20 Avr 2011
Messages: 528
Localisation: Centre
Masculin Bélier (21mar-19avr) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Lun 20 Mai - 10:56 (2013)    Sujet du message: On en parle partout Répondre en citant

Teiwas a écrit:
clind
Cela t'obligera à revenir, car il faut beaucoup de temps avant d'être accepté par les Aborigènes siffle  On ne mange pas la fourmi, seulement le miel
 Les witchetty grubs grillées ont un goût de noisette.
Crues il vaut mieux les avaler entières après les avoir tuées en croquant la tête danse
 


Yes, je crois bien que je (nous) vais (allons) devoir revenir....
Tu peux commencer à envoyer des Sos !!!!! nananere

Nous avions vu des fourmis à miel à Glen Helen,
mais elles étaient toutes petites, et leur abdomen peu gonflé...
J'imagine que c'est une question de saison...
ou que les "grosses" ne peuvent plus se déplacer hors du nid !

Je pense que je préfèrerais la witchetty grillée, en tout cas pour commencer...

busyb
_________________
Cultiver son jardin
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 17:37 (2016)    Sujet du message: On en parle partout

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    au-delà de notre essence. Index du Forum -> Notre quotidien- Everyday life -> Astuces - Tricks -> Bon Appétit ! Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com